Idée voyage

18 juin 2014 09:40; Act: 18.06.2014 12:31 Print

Elfland, le fascinant pays des êtres cachés

Peuplée à l’origine de colons vikings norvégiens et d’esclaves celtes, l’Islande est l’île des légendes. On peut aller s’en imprégner et suivre des cours insolites.

storybild

Magnus Skarphédinsson enseigne l'univers des créatures cachées. (photo: DR)

Une faute?

Magnus Skarphédinsson, historien et universitaire de 59 ans, a fondé l’Elf­school, située en zone industrielle de Reykjavik.

Pourquoi une telle école? J’ai commencé à récolter des milliers de témoignages pendant mes études à l’uni, dans les années 1970, ainsi que des anecdotes paranormales trouvées dans des livres, ces 35 dernières années. Certaines datent des origines de l’Islande. À la fin des années 1980, des gens d’Allemagne, des USA, du Canada, de Suède et de Grande-Bretagne me contactaient chaque semaine pour en savoir plus. C’est ainsi que j’ai ouvert cette école.

Vous enseignez quoi? L’histoire, les croyances, les spécificités islandaises, la différence entre les elfes et les autres créatures – tels les trolls –, leur apparence et leur taille, leur habitat, leur langage, leurs pouvoirs…

Des événements liés aux elfes ont marqué les esprits? Près de la moitié des Islandais croient aux êtres cachés et à leurs pouvoirs magiques. Lors de la construction d’une route, en 1976, des engins tombaient systématiquement en panne à l’approche d’un rocher à détruire. Le responsable du chantier a approché une spécialiste. Elle lui a expliqué que cette roche abritait la demeure d’elfes, et qu’ils étaient mécontents. Il a alors été décidé de déplacer ce rocher délicatement. Ça s’est reproduit en 2002, sur le chantier d’une autoroute. Mais, grâce à leurs pouvoirs, les elfes ont probablement sauvé des dizaines de milliers de vies à travers les décennies.

Éruptions d'eau à gogo en plein air

Il y a au moins un mot de la langue islandaise que vous connaissez: geyser («jaillir»). Situé à 60 km de la capitale, Reykjavik, le site Geysir, très riche en sources chaudes souterraines, fut le premier recensé et donna son nom à tous les autres dans le monde. Depuis qu’il s’est assoupi à la suite d’un séisme, en l’an 2000, c’est son voisin, Strokkur, qui sublime le mieux ces phénomènes provoqués par l’activité volcanique de la région: un jet d’eau surgit d’un bouillonnement toutes les cinq minutes environ pour s’élever jusqu’à près de 20 mètres. Les visiteurs peuvent satisfaire leur curiosité et leurs sensations en se tenant à environ 4 mètres autour de ce phénomène naturel.

(L'essentiel/Frédéric Nejad Toulami )