Boisson

17 mars 2019 16:40; Act: 17.03.2019 16:43 Print

En Grèce, la crise a profité à la bière artisanale

Ces dix dernières années en Grèce, des dizaines des milliers de PME ont dû fermer et le chômage a explosé. Mais les microbrasseurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu.

storybild

Dégustation de différents types de bières près d'Athènes, le 8 février dernier. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Devant l'écran clignotant d'une embouteilleuse automatique, Sophocle Panagiotou règle les paramètres de pression et de temps requis pour la Red Ale, l'une des douze bières produites dans sa microbrasserie grecque. «Un secteur en plein essor» dans le pays, se réjouit-il. Il y a dix ans, au début de la crise, ce petit entrepreneur a pris «le risque» de créer une microbrasserie dans le champ familial sur l'île d'Eubée, à 200 km d'Athènes. «À l'époque, c'était une idée folle, on me regardait comme un extra-terrestre», se rappelle ce chimiste et oenologue, autrefois employé dans une entreprise viticole qui a fermé.

Ces dix dernières années, marquées par la plus grave dépression de l'histoire contemporaine grecque, des dizaines des milliers de PME ont dû fermer et le chômage a explosé. Mais les microbrasseurs ont réussi à tirer leur épingle du jeu. La réduction des importations a profité aux produits locaux, y compris dans le secteur des boissons alcoolisées. «Les habitudes ont changé pendant la crise: la demande est désormais plus centrée sur les produits fabriqués en Grèce – comme la bière artisanale – souvent moins chers, une manière aussi de soutenir l'économie locale», explique Yannis Kefalas.

Plus fortes en houblon et en alcool

Ce passionné de bière a quitté Athènes il y a trois ans avec des amis pour créer sa brasserie locale à Ikaria, son île d'origine en mer Egée. Il exporte aujourd'hui ses Ikariotissa en Allemagne, en rêvant déjà de Suède, du Canada et des Etats-Unis. La Grèce continentale et les îles égéennes et ioniennes comptent désormais 45 microbrasseries, contre moins d'une dizaine il y a dix ans, explique M. Panagiotou, qui préside l'Union des brasseurs grecs. Sur l'île d'Eubée, la production de M. Panagiotou a été multipliée par quinze en dix ans, passant de 80 000 bouteilles par an lors de la création de l'entreprise en 2009 à 1,2 million aujourd'hui.

À Serres, dans le nord de la Grèce, Yannis Marmarellis a inauguré sa microbrasserie, Siris, en 2014 après la fermeture de son usine de charcuterie en pleine crise. Ses installations ont depuis «été multipliées par quatre», tandis que le nombre de salariés a quasi quintuplé, passant «de trois à quatorze», dit-il à l'AFP. Une microbrasserie est même née dans le centre d'Athènes, près d'un quartier branché: Noctua, lancée par Christos Vassiliadis. Il mise sur «la hausse de la demande de bière de qualité» ces dernières années et s'est spécialisé dans les Ale et les India Pale Ale (IPA), ces bières plus fortes en houblon et en alcool que leurs blondes cousines Pale Ale. Il entend «faire connaître aux Grecs des bières différentes de la Lager, la plus répandue».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jossua le 18.03.2019 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    L'avenir est à la micro-économie.

Les derniers commentaires

  • Jossua le 18.03.2019 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    L'avenir est à la micro-économie.