Voyage

24 janvier 2018 09:00; Act: 23.01.2018 19:26 Print

«Hakuna Matata» sous le soleil de Tanzanie

Le dépaysement est assuré et les rencontres magiques. La Tanzanie et Zanzibar tendent les bras à tous les voyageurs avec des températures clémentes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Hakuna matata!» («Ici tout va bien, il n’y a aucun problème»), c’est sur ce refrain connu que les habitants de la Tanzanie vous accueilleront en langue swahili ou en anglais. Même si le quotidien des Tanzaniens est loin d’être évident, ils s’efforceront de vivre le moment présent dans un pays en plein développement, grand comme deux fois la France et capable de satisfaire 800 000 touristes par an.

Situé à moins de dix heures de vol de Francfort ou de Paris, l’aéroport de Kilimandjaro vous permettra de rejoindre Arusha, ville du nord de la Tanzanie où vivent 500 000 habitants au pied du mont Méru (4 565 mètres d’altitude et deuxième sommet du pays après le Kilimandjaro).

De Zanzibar aux lacs Victoria

La ville d’Arusha, célèbre en tant que siège du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) créé en novembre 1994, est le point de départ idéal avant de partir en safari dans les parcs du Serengeti, de Tarangire ou vers le cratère du Ngorongoro. Située au centre du pays, et pas forcément sur le passage des lieux fréquentés par les touristes, Dodoma (plus de 300 000 habitants) est la capitale administrative de la Tanzanie depuis 1996.

Découverte par des colons allemands en 1867, Dar es-Salaam (plus de 4,3 millions d’habitants) reste la capitale économique où se concentre 80 % de l’activité industrielle grâce au principal port du pays sur l’océan Indien avec les exportations de café et de coton.

Celles et ceux qui se rendent en Tanzanie terminent leur séjour de deux semaines avec quelques jours de repos sur les magnifiques plages de Zanzibar, accessibles grâce à de petits avions depuis l’intérieur du pays. Pour les plus téméraires qui resteront trois semaines, prendre la direction des lacs Victoria (au nord) ou Tanganyika (à l’ouest) vaudra certainement le détour. La meilleure période pour découvrir la Tanzanie est l’hiver austral, de juin à septembre, avec des températures chaudes et supportables oscillant entre 20 et 35 °C.

Chacun son safari dans les parcs nationaux

Au nord de la Tanzanie, les safaris, ces longs «voyages» en langue swahili, sont un savant mélange de sensations ressenties lorsque vous avez regardé «Jurassic Park» et «Le Roi Lion». Grâce à des véhicules tout-terrain 4x4 sécurisés, vous partirez sur d’immenses pistes à la recherche du célèbre «Big 5» (lions, léopards, éléphants, rhinocéros et buffles) décrit par Hemingway dans son roman «Les Neiges du Kilimandjaro».

Vous y croiserez des zèbres et des gnous par milliers et les premières girafes montreront rapidement le bout de leur nez. Les troupeaux d’éléphants sont très visibles dans le parc de Tarangire, alors qu’il vous faudra être plus patient pour apercevoir un léopard dans le Serengeti ou un rhinocéros dans le cratère du Ngorongoro.

De l’aube au coucher du soleil, vous aurez l’impression d’être là où tout a commencé. Perdu au beau milieu d’étendues à perte de vue, les longs trajets, épuisants physiquement, hors des sentiers battus, vous permettront d’apprendre vos premiers mots en swahili à la recherche de «Simba» (le lion) ou encore de «Pumba» (le phacochère) grâce au concours de guides expérimentés.

(Frédéric Lambert/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.