Bande dessinée

10 septembre 2014 09:00; Act: 18.09.2014 16:11 Print

Huit jeunes d'un même village dans la guerre

«14-18 - La Grande Guerre au quotidien» développera sur cinq années et en dix tomes la guerre vue par huit jeunes hommes issus du même village.

storybild

«14-18 T. 1 - Le Petit Soldat (août 1914)». Corbeyran et Le Roux. (photo: dr)

1er août 1914. Louis, Jacques, Maurice, Armand, Denis, Arsène, Pierre et Jules sont mobilisés. Issus du même village, ces huit amis se retrouvent affectés dans le même régiment d'infanterie. «Ils vont laisser derrière eux leur épouse et leur famille pour vivre au quotidien cinq années de brutalité et de sauvagerie sans précédent sur les champs de bataille de la Marne, de la Somme ou de la Meuse, dont certains ne reviendront pas», explique Éric Corbeyran, scénariste de la série «14-18».

Dans chacun des dix albums prévus, un événement marquant servira de toile de fond. Toile devant laquelle ces huit soldats affronteront les bombes, le climat, l'aveuglement de leurs supérieurs, les privations, la boue, la peur et la mort.

«Cette série est "filmée" au ras des tranchées. Elle exprime le point de vue des soldats, les petits, ceux à qui on n'a pas demandé leur avis pour finalement les envoyer à la boucherie». Dix albums en cinq ans, le projet est d'envergure pour le dessinateur Étienne Le Roux. «Avant la parution du premier, trois tomes étaient déjà dessinés. Avec Éric, nous étions avant tout d'accord sur ce que devait être cette série: l'histoire de gens simples, qui auraient pu être mes grands-parents, et de leurs voisins, plongés dans un conflit qui les dépasse et qui change leur monde», dit-il.

Huit hommes, mais aussi sept femmes, avec leurs particularités physiques, sociales et morales. Des gens normaux qui font tout le sel de cette série avant tout humaine dans un monde si inhumain. «Le mensonge est au cœur de ce conflit. On a menti à tout le monde. Aux hommes pour les envoyer à l'abattoir. Aux familles pour leur dissimuler l'horreur du quotidien des troupes. Cette Grande Guerre est un théâtre tragique passionnant pour un raconteur d'histoires», explique Éric Corbeyran, à l'aise pour autopsier tous les travers de l'humanité.

Le pouvoir, la haine, la différence, le sacrifice, la folie, l'amour, l'échec et la mort sont quelques-uns des thèmes qu'abordera «14-18». Sans oublier l'amitié, qui a permis à certains de pouvoir survivre, malgré leurs divergences d'opinion et leurs engueulades récurrentes.

(Denis Berche)