Affiches amusantes

18 janvier 2018 14:15; Act: 18.01.2018 14:28 Print

Il détourne les clichés sexistes des publicités

Dans sa série «In a Parallel Universe», le photographe Eli Rezkallah reprend des spots publicitaires vintage et échange les rôles stéréotypés homme-femme.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

La ménagère des années 1950 est devenue une image archétypale. Excellente cuisinière, bonne mère, épouse pleine d’attentions, coquette à souhait, élégante et bien coiffée en toute situation. Cette représentation machiste a largement été répandue dans la publicité de l’époque. Eli Rezkallah, 32 ans, photographe et fondateur du Plastik Magazine, s’en est inspiré et a imaginé la série «In a Parallel Universe». Il recréé les mêmes clichés au détail près avec une seule différence toutefois: il échange les positions de l'homme et de la femme.

Celui qui vit entre le Liban et les États-Unis explique que l’idée lui est venue durant un repas de famille. «C'était à Thanksgiving. J’écoutais mes oncles discuter du rôle de la femme. Pour eux, sa place est à la cuisine. Elle doit d'occuper du foyer et des enfants». C’est là qu’il décide de réagir. Il produit des clichés drôles et percutants, histoire de leur répondre. «De toute évidence, à l'époque, le monde des publicités n’avait pas peur de dépeindre les femmes d’une telle façon: une petite ménagère soumise à son mari. C'est le genre de choses qui a contribué au fait que certaines personnes ne croient toujours pas à l'égalité des sexes, même aujourd’hui», confie-t-il.

Même si les mentalités ont passablement changées, Eli en est persuadé: «On a encore du pain du la planche!». L'artiste veut ébranler les mentalité. «Je veux pouvoir exprimer mes pensées mes émotions à travers mon travail, j’espère toucher les gens et j’aimerais que mes photos soient sources de débats». Quant à la famille d'Eli, elle est très fière de lui. Tout le monde l’encourage et apprécie son œuvre. Même ses oncles...

(L'essentiel/Valentina San Martin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.