Coronavirus au Royaume-Uni

17 mai 2020 15:37; Act: 18.05.2020 18:27 Print

Il recrée le virus avec des objets du quotidien

Navet piqué d'allumettes, kiwano orné de sucettes et d'épingles... Un Londonien confiné a eu l'idée de créer des répliques du coronavirus, à partir d'objets du quotidien.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Quel est le point commun entre un navet piqué d'allumettes et un kiwano orné de sucettes et d'épingles? Les deux créations sortent de l'esprit déjanté d'un Londonien confiné qui crée des répliques du nouveau coronavirus, à partir d'objets du quotidien. «L'idée est venue complètement au hasard», explique Lorenzo Saa à l'AFP. Assis dans son salon après avoir été abreuvé d'images du virus, il a regardé son cactus, de forme arrondie: «Mais c'est le Covid-19!».

Chaque jour, depuis son appartement du nord de Londres, cet employé d'un cabinet de conseil en investissement, à la chemise aussi bariolée que ses créations, consacre quatre heures à ses œuvres, toujours plus inventives, avant de les poster sur un compte Instagram dédié, covid19replicas. La plupart de ses œuvres partent d'un fruit ou d'un légume rond, auxquels il ajoute des objets du quotidien pour simuler les «branches» de différentes tailles du virus: bougies, radis, boutons, fleurs, clous de girofle, pâtes sèches, bâtonnets d'encens, etc.

«Important pour la santé mentale»

«C'est sain, c'est naturel, ça soutient la communauté locale en achetant ce dont vous avez besoin», se réjouit le Londonien, qui met un point d'honneur à manger toutes ses créations. «Sauf celle avec l'olive fourrée aux bâtons d'encens...». La population du Royaume-Uni, deuxième pays le plus endeuillé dans le monde avec plus de 33 000 morts, est confinée depuis la fin mars et un assouplissement très léger a été amorcé mercredi en Angleterre.

«Je suis vraiment quelqu'un de très sociable, donc j'avais besoin de quelque chose pour me changer les idées et me faire oublier l'absence de lien avec les gens», explique Lorenzo Saa, qui estime «qu'avoir un projet, c'est important pour la santé mentale». Après bientôt deux mois de création, il reconnaît qu'il devient de plus en plus difficile de se renouveler: «On a déjà eu des Covid-19 brûlés, je prépare une version glacée pour les prochains jours, nous utiliserons aussi des ampoules». Mais tant que l'inspiration est là, il continuera, car «c'est amusant».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Yann L le 18.05.2020 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    Tu vois la chemise , tu vois la face : t'as compris qu'il parle aux oiseaux.

  • NicoD le 18.05.2020 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je respecte la liberté artistique, mais personellement ,je trouve que c'est une épouventable idée de créer de tels objets.

Les derniers commentaires

  • Yann L le 18.05.2020 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    Tu vois la chemise , tu vois la face : t'as compris qu'il parle aux oiseaux.

  • NicoD le 18.05.2020 14:58 Report dénoncer ce commentaire

    Je respecte la liberté artistique, mais personellement ,je trouve que c'est une épouventable idée de créer de tels objets.