Christian Louboutin

24 février 2020 08:29; Act: 24.02.2020 11:31 Print

«Je ne pense pas au confort quand je dessine des talons»

Une exposition qui s'ouvre mercredi, au Palais de la Porte Dorée, à Paris, célèbre les 30 ans de création du styliste français, Christian Louboutin.

storybild

Christian Louboutin estime que ralentir la démarche offre aux femmes une «forme de liberté» qui ne se démode pas. (photo: AFP/Tonje Thoresen)

Sur ce sujet
Une faute?

«Quand je les dessine, je ne pense pas au confort»: Christian Louboutin, créateur des iconiques chaussures à la semelle rouge et aux talons aiguilles vertigineux, estime que ralentir la démarche offre aux femmes une «forme de liberté» qui ne se démode pas. «Les femmes n'ont pas envie de renoncer au talon», déclare le styliste de 57 ans dans un entretien à l'AFP à la veille d'une exposition qui s'ouvre mercredi au Palais de la Porte Dorée, à Paris, célébrant ses 30 ans de création.

Créateur du luxe venant du monde du spectacle et icône de la pop culture, il a dessiné des milliers de souliers, plats et à talons 16 cm. Il y a dix ans il s'est lancé dans les baskets pour les femmes parce que ses clientes dévalisaient les petites pointures dans la boutique homme. Mais le modèle grâce auquel son nom est devenu commun dans le monde entier est un soulier hyper-féminin qui cambre le pied grâce à un talon démesuré. L'obsession vient d'un dessin représentant une chaussure à talon barrée de rouge que Christian Louboutin a aperçu à 10 ans en visitant le musée de la Porte Dorée qui accueille sa rétrospective jusqu'au 26 juillet.

«Le dessin du soulier est très souvent associé à la sexualité»

Ce panneau signalait qu'il était interdit de porter des talons dans ce lieu pour ne pas abîmer le parquet. «Je me suis mis à dessiner à cause de ce panneau. Il est possible que de manière inconsciente l'interdiction a joué un rôle (...) Il y a aussi une forme de mystère, de fétichisme, le dessin du soulier est très souvent associé à la sexualité». Cette image le plonge par ailleurs «dans l'univers des courbes» qui définira son style, souvent indissociable du talon. Est-ce moderne à l'époque de l'engouement pour les baskets, la recherche du confort pour des modes de vie de plus en plus actifs au moment où les talons désertent les podiums et certains créateurs comme l'Italienne Maria Grazia Chiuri chez Dior font de leurs défilés avec des chaussures plates des manifestes féministes?

«Être une femme c'est aussi jouir de sa liberté d'être féminine. Pourquoi s'empêcher l'un quand on peut avoir les deux», répond Christian Louboutin. Celui qui a grandi avec trois sœurs avec l'impression d'être entouré de «300 femmes» assure qu'aucune femme «ne veut d'uniforme». «Entraver la liberté en pensant que les femmes vont aller dans une seule direction, c'est penser que toutes les femmes sont les mêmes, ce que je trouve assez réducteur». Enfiler des louboutins à talon et «arrêter de courir» est aussi une chose «positive». «Il n'y a aucun soulier au talon 12 cm qui est confortable (...), mais les gens ne viennent pas chez moi pour trouver une paire de pantoufles!».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • cerise le 24.02.2020 09:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Debile ces souliers....

  • Punaise le 24.02.2020 12:44 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprends pas qu'on puisse critiquer quelqu'un qui vend quelque chose que vous n'êtes pas obligés d'acheter. Une paire de Louboutin n'est pas un bien de première nécessité.

  • Le Belge, une fois le 24.02.2020 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    Il doit en avoir des chevilles foulées, cassées, chutes etc sur sa conscience.Et le pire c'est qu'il trouve à vendre ses trucs. A ne pas comprendre. Je n'aime pas ses "pompes confort".Oeuvre d'art peut-être, certainement très inconfortables .

Les derniers commentaires

  • Loulou le 24.02.2020 21:42 Report dénoncer ce commentaire

    Au bout de mes belles jambes harmonieusement musclées sans excès, je galope sans souci avec mes magnifiques louboutins....en effet, il faut être sportive pour pouvoir les porter sans regrêt :-)

  • Mélanie Richard le 24.02.2020 16:57 Report dénoncer ce commentaire

    Contrairement à ce qu'on pourrait penser: Les Louboutins peuvent être très confortable lorsqu'elles sont portées par des femmes très sportives. (Après quelques heures, même les top modèles anorexiques s’épuisent à les porter).

  • red taz le 24.02.2020 16:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tu m'étonnes tu les portes pas ...

  • Punaise le 24.02.2020 12:44 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprends pas qu'on puisse critiquer quelqu'un qui vend quelque chose que vous n'êtes pas obligés d'acheter. Une paire de Louboutin n'est pas un bien de première nécessité.

  • NoComent le 24.02.2020 12:18 Report dénoncer ce commentaire

    Malgré le prix et l'inconfort les femmes continuent à acheter ces objets de torture juste pour frimer en Louboutin, pourquoi se gênerait-il ? Qu'elles arrêtent de les acheter, il reverra peut-être sa position !

    • Objectivement le 24.02.2020 16:59 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est un objet de torture que pour les grosses, et les femmes dépourvues de muscles.

    • NoComent le 24.02.2020 20:36 Report dénoncer ce commentaire

      Porter des talons qui vous obligent pratiquement à marcher sur la pointe des pieds tant la cambrure est importante moi j'appelle ça de la torture, et les podologues aussi, et vous n'avez pas besoin d'être grosse pour que votre dos en subisse les conséquences. Essayez donc d'en porter toute une journée et on en reparlera