Essai britannique

27 août 2018 16:42; Act: 27.08.2018 17:32 Print

L'inefficacité des oméga-​​3 démontrée par une étude

Les compléments d'oméga-3, des acides gras trouvés dans les poissons, ne protègent en réalité pas les personnes diabétiques contre les maladies cardiovasculaires.

storybild

Prendre des oméga-3 tous les jours, en mangeant du poisson par exemple, ne réduit par leurs risques de maladies cardiovasculaires. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Plus de 15 000 personnes diabétiques, sans maladie cardiovasculaire, ont participé à un essai en Grande-Bretagne, dirigé par des chercheurs de l'université d'Oxford et financé par la British Heart Foundation. Les résultats ont été publiés dimanche dans le New England Journal of Medicine, la plus prestigieuse revue médicale aux États-Unis. La moitié des participants se sont vu prescrire une capsule quotidienne d'oméga-3, tandis que l'autre moitié recevait, sans le savoir, une capsule placebo, composée simplement d'huile d'olive.

En moyenne, les patients ont été suivis pendant un peu plus de sept ans. L'étude est d'autant plus significative que l'échantillon est très grand, plus de 15 000 personnes. En outre, les participants avaient été répartis de façon aléatoire entre les deux groupes, ce qui correspond à la méthode la plus rigoureuse pour observer l'effet éventuel d'un traitement donné.

Un doute entretenu par certaines études

Le résultat est que le nombre d'accidents cardiovasculaires graves, de cancers ou de morts était à peu près égal dans les deux groupes. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative entre les deux. Ces résultats montrent que pour les personnes diabétiques, prendre des oméga-3 tous les jours ne réduit par leurs risques de maladies cardiovasculaires.

En janvier 2018, une analyse de dix études portant sur 78 000 personnes, publiée dans la revue JAMA Cardiology, avait conclu que les oméga-3 ne prévenaient pas les maladies cardiovasculaires chez les personnes à risque, et pas seulement chez les personnes diabétiques. D'autres études, en 2012, 2010 et auparavant, allaient dans le même sens. Mais le doute était entretenu par des études qui ne testaient pas selon une méthode aléatoire de placebo.

(L'essentiel/afp)