Étude en France

08 novembre 2018 09:58; Act: 08.11.2018 11:08 Print

L'inégalité des sexes s'installe dès l'enfance

L'inégalité hommes/femmes se met en place dès le plus jeune âge, avec des filles privées de lieux de rencontre et qui ne se mélangent pas aux garçons dans les cours d'école.

storybild

Dans la cour d'école, filles et garçons ne se mélangent pas. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Les filles subissent des «inégalités et discriminations spécifiques (...) dès le plus jeune âge», affirme une étude réalisée par Unicef France, auprès de 26 458 enfants et adolescents de 6 à 18 ans, à qui ont été posées 165 questions sur le respect de leurs droits, leur vie quotidienne, leur éducation, leurs loisirs et leur santé. «Le fait d'habiter dans un quartier populaire ou prioritaire ou encore d'avoir des parents au chômage a un effet plus fort pour les filles que pour les garçons» en termes d'accès aux savoirs à la santé, ou à des lieux de loisirs, affirment les auteurs de l'enquête.

«Ce sont des petites différences, mais le fait qu'elles soient systématiquement plus en défaveur des filles traduit un effet de genre dans la constitution des inégalités que l'on peut donc repérer dès l'enfance», ajoutent-ils. Pour la sociologue et géographe Edith Maruéjouls, spécialiste du genre et coauteur de l'étude (avec le sociologue Serge Paugam), ces résultats viennent confirmer que «les stéréotypes de sexe et sexisme sont intégrés dès le plus jeune âge», et que «les individus et la société finissent par y consentir».

«Tenue correcte exigée»

Les filles sont certes un peu moins exposées que les garçons au risque de subir «souvent» des moqueries de la part des autres enfants ou adolescents - un phénomène dont se plaignent au total quasiment un tiers des jeunes interrogés, et même la moitié des enfants de 7 ou 8 ans. Mais «elles sont deux fois plus souvent harcelées que les garçons sur Internet, dans les transports en commun ou dans l'espace public», selon les auteurs. «Ce harcèlement vécu au quotidien engendre une relégation réelle des filles auxquelles on signifie que leur place n'est pas au-dehors, en tout cas, qu'elles ne sont pas, pour beaucoup d'entre elles, dans un climat bienveillant».

En outre, les filles subissent davantage de discriminations liées à leur tenue vestimentaire. «La "tenue correcte" exigée chez les filles est un problème récurrent dans les collèges et, de manière générale, dans la société». C'est une «charge mentale» pour des adolescentes devant éviter à la fois d'être cataloguées comme une «fille qui cherche ça» et de porter une tenue ne correspondant pas «aux critères attendus de la féminité», pointe l'enquête.

«Rapidement invisibles dans l'espace public»

Une large majorité des enfants et adolescents interrogés estiment que les deux sexes peuvent jouer aux mêmes jeux, cependant on trouve presque deux fois plus de garçons que de filles (11% contre 6,9%) à affirmer le contraire. «Chez les garçons, la première peur c'est d'être traité de fille. Quant aux filles, elles ne jouent pas avec les garçons car elles sont considérées par eux comme disqualifiées, moins bonnes, incapables», résume Edith Maruéjouls. Ainsi, dans les cours de récréation, les filles laissent les garçons occuper l'essentiel de l'espace, pour qu'ils puissent jouer au foot, et restent elles-mêmes à l'écart, observe l'universitaire.

Au-delà des écoles, les auteurs de l'étude constatent que, «à partir de l'entrée au collège, l'accès aux équipements de loisirs devient restreint pour les filles» et qu'elles «deviennent rapidement invisibles dans l'espace public», structuré notamment autour des stades, skateparcs ou autres boulodromes, estiment-ils. Ils appellent en conséquence les pouvoirs publics à «renforcer, diversifier et donner de la place aux activités des filles» dans l'espace public: pour Edith Maruéjouls, il faut «arrêter de construire des équipements dont on sait qu'ils ne créent pas de la mixité».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • gigi1 le 08.11.2018 13:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les filles et les garçons sont biologiquement différents. Cessons de vouloir mettre tout le monde dans le même moule. Différence ne signifie pas discrimination.

  • Yann L le 08.11.2018 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui nous imposent cette féminisation hystérique et l'esmaculation de la société, ne se l'appliquent pas eux-même ni à leurs congénères.

  • Voir plus loin le 08.11.2018 14:52 Report dénoncer ce commentaire

    La vie est tellement dure psychologiquement et physiquement que les femmes vivent... 5 ans de plus au moins dans nos régions, et c'est pire ailleurs. Donc essayez d'avoir une vue d'ensemble pas seulement de vos petits soucis. Quant à la discrimination à l'école : si un gars qui ne paye pas de mine, d'un coup se prenait pour la star de l'année, se baladait en se la jouant bodybuildeur avec ses bras de BugsBunny, usw... vous seriez les première à rire. Pourtant beaucoup de fille le font, c'est même une "mode". Donc encore une fois s'il y a problème, ayez une vue d'ensemble. Fatigant comme d'hab.

Les derniers commentaires

  • Yann L le 08.11.2018 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui nous imposent cette féminisation hystérique et l'esmaculation de la société, ne se l'appliquent pas eux-même ni à leurs congénères.

  • juger trop vite le 08.11.2018 17:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon dieu c est consternant de voir tout ces commentaires d hommes qui disent que les hommes et les femmes ne sont pas pareils! Bien sûr qu on n est pas pareil mais est ce pour ça que nous devons continuer à perpétrer le même schéma que depuis la nuit des temps à savoir « les femmes à occupent de la cuisine et des enfants » et les hommes travaillent alors qu aujourd hui toutes les femmes ou presque ont un travail! Alors il serait peut être temps d évoluer!

    • Rémy le 08.11.2018 19:05 Report dénoncer ce commentaire

      Votre conception de l'évolution me fout la frousse.

  • JeanPeuxPlus le 08.11.2018 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    Au lieu de s'indigner la couleur des jouets ou des messages sur les vêtements il faudrait déjà commencer par regarder ce qu'il se passe chez soi... Commencer déjà par montrer qu'un papa peut faire le ménage et qu'une maman peut planter un clou ça réglerait déjà pas mal de problèmes. Mais bon c'est plus facile de dire que tout est de la faute de "la société" ou du "modèle en vigueur".

  • rose le 08.11.2018 16:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste constat ,petite sage et soumises .. avant peut-être,d’ailleurs avant elles cuisinaient avec leur mère et maintenant elle boivent avec leur père !

  • DarkAngel le 08.11.2018 15:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarre l’étude ! Les filles ont une maturité plus avancée que les garçons ! Et dès lors à mon époque c’était un peu l’inverse... les filles dédaignaient ceux qui étaient encore trop petits garçons !