En Corée du Sud

27 mai 2013 09:23; Act: 27.05.2013 12:11 Print

La beauté, c'est d'abord de belles mâchoires

La dernière mode, en Corée du Sud, est à la chirurgie des maxillaires, une opération douloureuse qui entraîne dans un cas sur deux des conséquences dramatiques.

storybild

Des affiches placardées dans le métro à Séoul vantent les vertus de la chirurgie orthognatique. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Prescrite en cas de prognathie (mâchoire avancée) ou de rétrognathie (mâchoire rejetée en arrière) importante, susceptible de provoquer des troubles de la mastication par exemple, la chirurgie orthognatique permet de repositionner les dents et de rendre à un visage son... harmonie. Une notion subjective qui, en termes purement thérapeutiques, suppose une infirmité.

Or, en Asie de l'est, il s'agit avant tout de se conformer à des canons de beauté exotiques qui commandent de se dessiner un visage émacié en «V», un nez relevé (non épaté) et de grands yeux (non bridés). Mais l'opération des mâchoires «altère l'apparence de façon beaucoup plus évidente que, disons, le Botox ou une opération du nez parce qu'elle modifie tout le squelette facial», explique Choi Jin-Young, professeur d'orthodontie à l'université de Séoul.

«Je ne sens même pas quand la salive coule de ma bouche»

«C'est une opération très complexe et potentiellement dangereuse (...). C'est malheureux de voir des personnes qui n'ont pas vraiment de dysharmonie dentaire y recourir juste pour avoir un joli et fin visage», dit-il. Les risques vont d'une simple perte de sensibilité à la paralysie. L'opération, plaide un médecin membre de la Société coréenne de chirurgie plastique et réparatrice, «a été inventée pour corriger une déformation dentaire, mais on ne peut pas reprocher à quelqu'un de se faire opérer pour améliorer son apparence dans un pays comme la Corée du Sud où la beauté, surtout pour les femmes, prime sur tout le reste».

Pour ce praticien s'exprimant sous couvert de l'anonymat, le nombre de plaintes n'est pas lié directement à la nature de l'opération mais au fait qu'un nombre croissant de femmes en font le choix. Selon une étude récente, 52% des opérées sont sujettes à des complications post-opératoires. Et l'agence de défense des consommateurs a enregistré 89 plaintes en 2012, contre 29 en 2010, un chiffre certainement très en deçà de la réalité.

«Elles l'ont toutes fait, sauf toi»

«Ma bouche se déplace vers la gauche et la zone maxillaire est engourdie», raconte une patiente sur un forum médical, photos à l'appui. «Je ne sens même pas quand la salive coule de ma bouche». L'an dernier, une étudiante de 23 ans opérée s'est suicidée, expliquant ne plus pouvoir mâcher ses aliments et s'arrêter de pleurer après le sectionnement accidentel d'un canal lacrymal.

Selon la Société internationale des chirurgiens plastiques et esthétiques (ISAPS), la Corée du Sud connaît l'un des taux d'interventions les plus élevés au monde par habitant, derrière les États-Unis (numéro 1), le Brésil, la Chine, l'Italie, le Mexique et le Japon. À la télévision, des personnalités (payées par des médecins, selon des allégations invérifiables) viennent témoigner de leur «renaissance» ou de leur vie «changée» grâce à l'opération. Et la publicité est omniprésente.

Plus souvent la beauté que le cerveau

«La clinique de la chirurgie des mâchoires choisie par les femmes les plus exigeantes», proclame des affiches placardées dans le métro à Séoul. «Elles l'ont toutes fait, sauf toi», assure une autre. Un avocat a récemment proposé d'imposer un âge minimum pour se soumettre à la chirurgie orthognatique sans justification thérapeutique.

Mais Mme Lim In-Sook, professeur de sociologie, estime, elle, qu'il faut surtout s'attaquer aux racines de l'obsession esthétique. La Corée du Sud «est une nation patriarcale dont les femmes ont à la fois besoin de cerveau et de beauté, et plus souvent la beauté que le cerveau, si elles veulent trouver un emploi, se marier et survivre à chaque étape de leur existence», dit-elle.

(L'essentiel Online/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Norbert le 27.05.2013 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    Que seraient les frères Bogdanov sans leurs célèbres mentons ?

  • Le chirurgien Bruxellois le 18.03.2014 20:36 Report dénoncer ce commentaire

    Article tout à fait farfelu. Les complications ne correspondent pas à la réalité ni les taux décrits d'ailleurs. La chirurgie orthognatique n'est pas pratiquée par des plasticiens qui n'ont pas de formations pour la pratiquer mais par les chirurgiens Maxillo-faciaux. Les bénéfices de cette chirurgie sont également et surtout fonctionnels. Cet article est bien loin de la vérité, les paralysies ne font pas partie des complications communes et les sections de voies lacrymales n'entrainent pas de difficultés masticatoires. Il faut de plus être carrément maladroit pour les sectionner!

  • Tita le 27.05.2013 11:10 Report dénoncer ce commentaire

    Ma fille qui a la mâchoire en retrait, est en plein traitement douloureux et inconfortable à porter. La beauté est bien évidemment un point très mis en valeur de nos jours, mais il faut réagir en tant que petits et leur apporter les soins orthodonties nécessaires, afin de ne pas devoir avoir recours à la chirurgie. Les parents doivent épauler leurs enfants et les aider à corriger tous ces petits défauts qui peuvent être faits dans l'enfance et qui pourront leur éviter des complexes un jour plus tard.

Les derniers commentaires

  • Le chirurgien Bruxellois le 18.03.2014 20:36 Report dénoncer ce commentaire

    Article tout à fait farfelu. Les complications ne correspondent pas à la réalité ni les taux décrits d'ailleurs. La chirurgie orthognatique n'est pas pratiquée par des plasticiens qui n'ont pas de formations pour la pratiquer mais par les chirurgiens Maxillo-faciaux. Les bénéfices de cette chirurgie sont également et surtout fonctionnels. Cet article est bien loin de la vérité, les paralysies ne font pas partie des complications communes et les sections de voies lacrymales n'entrainent pas de difficultés masticatoires. Il faut de plus être carrément maladroit pour les sectionner!

  • Tita le 27.05.2013 11:10 Report dénoncer ce commentaire

    Ma fille qui a la mâchoire en retrait, est en plein traitement douloureux et inconfortable à porter. La beauté est bien évidemment un point très mis en valeur de nos jours, mais il faut réagir en tant que petits et leur apporter les soins orthodonties nécessaires, afin de ne pas devoir avoir recours à la chirurgie. Les parents doivent épauler leurs enfants et les aider à corriger tous ces petits défauts qui peuvent être faits dans l'enfance et qui pourront leur éviter des complexes un jour plus tard.

  • Norbert le 27.05.2013 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    Que seraient les frères Bogdanov sans leurs célèbres mentons ?