Nature

31 mai 2018 07:21; Act: 31.05.2018 11:12 Print

La Grande Barrière de corail peut se régénérer

Une étude se penche sur la santé du grand récif à l'est de l'Australie.

storybild

La Grande Barrière de corail a connu cinq épisodes «mortels».

Sur ce sujet
Une faute?

Le gigantesque récif le long de la côte est de l'Australie est l'écosystème corallien le plus important au monde - plus grand que l'Italie - et le plus diversifié de la planète avec des millions de formes diverses de vie marine.

Au cours des dernières années, le joyau environnemental a souffert d'une épidémie d'étoile de mer invasive (acanthaster pourpre), de la sédimentation, de la dégradation de la qualité de l'eau, de l'acidification de l'océan, mais surtout de deux vagues de blanchiment successives en 2016 et 2017.

L'étude scientifique qui lui est consacrée, publiée dans la revue Nature Geoscience, a été menée sur une décennie et est la première à reconstruire l'évolution du récif sur les dernières 30 millions d'années. La recherche passe en revue la réponse des coraux à des changements environnementaux majeurs et abrupts.

Elle se déplace

Il s'en dégage que la Grande Barrière de corail s'est adaptée à des changements soudains par le passé en se déplaçant sur les fonds marins, à mesure que le niveau des océans montait ou descendait. Le récif fait donc preuve de résilience aux changements environnementaux comme les variations du niveau de la mer ou des températures de l'eau, davantage que ce qui était estimé auparavant au travers d'autres études.

Sa capacité de résilience est toutefois toujours sujette à question en matière de survie au déclin actuel des récifs coralliens, selon Jody Webster, le chercheur principal et professeur associé de l'Université de Sydney.

«Graves inquiétudes»

Il exprime de «graves inquiétudes» quant à la capacité du récif dans sa forme actuelle à «survivre à la vitesse du changement causé par de nombreux stress et ceux anticipés dans un avenir proche».

L'étude s'est basée sur des données collectées sur des fossiles de récifs coralliens de 16 sites proches de Cairns et Mackay dans l'État du Queensland, selon la communication de l'université. La recherche a porté du dernier épisode glaciaire maximum, soit il y a vingt millions d'années, quant le niveau de la mer était 118 mètres sous le niveau actuel, jusqu'à l'émergence du récif moderne, il y a neuf mille ans.

La Grande Barrière a fait face à cinq épisodes mortels, mais a pu se régénérer d'elle-même grâce à la continuité des habitats du récif et sa capacité à migrer de 0,2 à 1,5 mètre par an, établit l'étude.

Attraction touristique

Toutefois, il est peu probable que la formation puisse survivre au niveau actuel de réchauffement de la température de l'eau, au déclin de la couverture corallienne, aux successions de blanchiment, à l'appauvrissement de la qualité de l'eau et à l'augmentation des flux de sédiments, depuis l'arrivée des colons européens, en concluent les scientifiques.

La Grande Barrière de corail est une attraction touristique majeure en Australie, qui génère plus de 4 milliards d'euros par an et plus de 64 000 emplois. Le gouvernement australien a annoncé au début du mois débloquer une enveloppe de 300 millions d'euros pour contribuer à restaurer et protéger cet écosystème unique.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • globetrotter le 31.05.2018 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    J'y étais en 2016 et j'étais un peu déçu, elle était déjà toute blanche, plus de couleurs, pas de poisson, rien :(

  • nickname le 31.05.2018 15:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui bien sûr, il suffira quelques millions d'années. Cela devrait nous rassurer

  • torolkozo le 31.05.2018 09:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle pourrait s'adapter et se régénérer mais le changement climatique est si rapide qu'elle va vite disparaître malheureusement ...

Les derniers commentaires

  • nickname le 31.05.2018 15:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui bien sûr, il suffira quelques millions d'années. Cela devrait nous rassurer

  • globetrotter le 31.05.2018 11:41 Report dénoncer ce commentaire

    J'y étais en 2016 et j'étais un peu déçu, elle était déjà toute blanche, plus de couleurs, pas de poisson, rien :(

  • gluon du trou le 31.05.2018 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    la nature revivra toujours .

  • torolkozo le 31.05.2018 09:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elle pourrait s'adapter et se régénérer mais le changement climatique est si rapide qu'elle va vite disparaître malheureusement ...