Santé

21 janvier 2020 09:47; Act: 21.01.2020 10:34 Print

La ménopause précoce n'est pas sans risque

La ménopause prématurée augmente la probabilité d'avoir des problèmes de santé à la soixantaine, selon une étude publiée lundi.

storybild

L'actrice Cheryl Hines a fait une campagne de sensibilisation à la sexualité pendant la ménopause. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les femmes qui ont une ménopause précoce, à l'âge de 40 ans ou moins, ont trois fois plus de risques de développer des problèmes médicaux chroniques et multiples à la soixantaine que celles qui l'ont à 50 ou 51 ans. Telle est la conclusion d'une étude publiée lundi.

«Les professionnels de santé devraient envisager un dépistage et une évaluation complets des facteurs de risque lorsqu'ils traitent des femmes dont la ménopause est précoce», commente Gita Mishra, chercheuse à l'université de Queensland à Brisbane (Australie) et auteure principale de l'article.

Un tiers de la vie d'une femme après la ménopause

L'étude parue dans la revue Human Reproduction porte sur plus de 5 000 femmes australiennes, âgées de 45 à 50 ans en 1996 et suivies jusqu'en 2016. L'analyse se limite aux ménopauses naturelles (les ménopauses prématurées consécutives à une intervention chirurgicale ont été exclues).

Toutefois, d'autres études sur d'autres populations sont nécessaires pour valider ces résultats, reconnaissent les chercheurs. Comme l'espérance de vie des femmes dans les pays à revenus élevés est maintenant de plus de 80 ans, un tiers de la vie d'une femme se passe après la ménopause.

55% ont développé une multimorbidité

On sait déjà que la ménopause prématurée, qui survient à l'âge de 40 ans ou moins, est liée à un certain nombre de problèmes médicaux qui surviennent plus tard dans la vie, comme les maladies cardiovasculaires et le diabète. Cependant, il y a peu d'informations sur l'existence d'un lien entre la ménopause naturelle et le développement de multiples problèmes médicaux - connu sous le nom de multimorbidité.

Les femmes ont répondu à une première enquête en 1996, à une deuxième deux ans après, puis tous les trois ans jusqu'en 2016. Elles pouvaient ainsi indiquer si elles avaient été diagnostiquées ou traitées pour l'un des onze problèmes de santé suivants au cours des trois dernières années: diabète, hypertension artérielle, maladies cardiaques, accident vasculaire cérébral, arthrite, ostéoporose, asthme, maladie pulmonaire chronique (BPCO), dépression, anxiété ou cancer du sein.

Les femmes étaient considérées comme ayant une multimorbidité si elles souffraient d'au moins deux de ces pathologies. Lors des vingt années observées, 2,3% des femmes ont eu une ménopause prématurée et 55% ont développé une multimorbidité. Par comparaison avec les femmes qui ont été ménopausées à 50-51 ans, celles qui l'ont été prématurément étaient deux fois plus susceptibles d'avoir une association de pathologies ou multimorbidité à l'âge de 60 ans et trois fois plus à partir de 60 ans.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.