Nourriture saine

16 juin 2019 14:45; Act: 16.06.2019 14:53 Print

La pâtisserie tente de prendre un virage sain

De plus en plus de pâtissiers réduisent au maximum les quantités de sucre dans leurs produits, afin de suivre les desiderata des consommateurs.

storybild

Jessica Prealpato fait partie des pâtissiers qui ont suivi les tendances des consommateurs sur le sucre et le vegan. (photo: AFP/Lucas Barioulet)

Sur ce sujet
Une faute?

Guimauve aux champignons, gâteau aux pignons de cèdre et bourgeons de pin, cheesecake au kiwi et à la fleur de mauve: la pâtisserie a pris un virage en quête d'un plaisir gourmand sain. Est-ce que vous réduisez le sucre? «Bien sûr, toujours, cela fait au moins cinq ans qu'on désucre au maximum», déclare François Daubinet, chef pâtissier de Fauchon, entreprise mondiale de la gastronomie de luxe. La tendance c'est «le sans-sucre, le sans-gluten, je dirais même le vegan», renchérit Sophie de Bernardi, cheffe pâtissière du café de la Paix, à Paris.

«Il y a 60% de sucre en moins dans les recettes que je fais aujourd'hui pas rapport à celles que j'ai apprises dans les années 70», dit Pierre Hermé, récompensé comme meilleur pâtissier au monde par le «50 Best» en 2016. Parmi ses dernières créations: un gâteau au praliné de pignons de cèdre associé avec une infusion de bourgeons de pin et une gelée de basilic et coriandre assaisonnée avec un peu de citron. «Ce côté végétal est très gourmand», assure le pâtissier. «J'ai travaillé la carotte, l’asperge, le petit pois dans les macarons et les desserts, l'aubergine se prête aussi à cet exercice», assure-t-il.

«Cette année, j'ai un peu forcé le trait avec les herbes dans les macarons», dessert sans gluten, le plus vendu de la maison, raconte Pierre Hermé qui trouve «intéressant pour le pâtissier classique» de répondre aux envies de certains publics qui veulent du vegan ou du sans sucre. Sophie de Bernardi, qui avait travaillé avec Jessica Préalpato, apprécie la démarche de cette dernière mais reste plus dans le compromis entre le classique et non-commun en mettant du chocolat blanc «pour rassurer» dans un dessert avec des grains de sarrasin. Avec la médiatisation de la profession et les réseaux sociaux, les pâtissiers sont plus que jamais mis en lumière, au point d'avoir chacun son esthétique et ses «lignes» comme les créateurs de mode, souligne Sophie de Bernardi.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Gibel le 17.06.2019 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    Une patisserie plus saine, légère et équilibrée, c'est exactement ce qu'il faut au GdL.

Les derniers commentaires

  • Gibel le 17.06.2019 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    Une patisserie plus saine, légère et équilibrée, c'est exactement ce qu'il faut au GdL.

    • Hastalavista le 17.06.2019 13:49 Report dénoncer ce commentaire

      Et également plus moderne et/ou créative.