Selon une étude

03 septembre 2018 15:46; Act: 03.09.2018 16:12 Print

La puberté précoce rend les garçons plus accros

Une étude américaine a établi une corrélation entre développement hormonal et la dépendance à l'alcool, la drogue ou aux médicaments.

storybild

La pression sociale, exacerbée par la testostérone, pourrait expliquer cette prédisposition accrue. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Les garçons qui ont une puberté précoce ont plus de risques de devenir accros à des substances addictives telles que la drogue, les médicaments ou l'alcool. C’est ce qui ressort d'une étude menée par les universités de Pittsburg et de Purdue, aux États-Unis, et publiée dans la revue scientifique Child Developm»ent. Selon les chercheurs, les effets de la testostérone sur le cerveau des ados seraient responsables de cette dépendance.

L'étude a analysé les données de 530 jeunes hommes suivis par l'Institut nord-américain des drogues entre 1989 et 2000. De 16 à 30 ans, les ados ont vu leur consommation de drogue, tabac, médicaments et l'alcool mesurée. On leur a aussi fait des prélèvements sanguins à l'âge de 11, 13 et 16 ans pour évaluer leur développement hormonal. Résultat: les ados précoces présentaient un taux de testostérone mais aussi un risque d’addiction plus élevés que les autres, tout particulièrement les jeunes Américains blancs. La pression sociale, exacerbée par la testostérone, pourrait expliquer cette prédisposition accrue.

Kristine Marceau, de l'Université de Purdue, espère que ces travaux participeront à la mise en place de nouvelles stratégies de prévention. La chercheuse se veut rassurante: ces résultats ne sont pas irréversibles, estime-t-elle. Elle rappelle également qu'il est essentiel de limiter les occasions de consommer des substances addictives grâce à l'éducation et à la surveillance des adolescents, rapporte le site Topsanté.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.