Sur Instagram

30 août 2018 12:28; Act: 30.08.2018 12:56 Print

La recherche du cliché parfait vire à l'obsession

Selon une nouvelle étude, les britanniques passent en moyenne 22 heures et 36 minutes durant leurs vacances à essayer de prendre la plus belle photo possible.

storybild

Les photos Instagram deviennent très importantes pour certains vacanciers. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Trouver l'endroit parfait, poser, re-poser, re-re-poser, appuyer sur la touche du milieu, sélectionner la meilleure image, choisir le bon filtre et enfin, l’étape finale: poster son chef-d'œuvre sur Instagram. Les vacances, c'est aussi cela, désormais. Entre visites et farniente, il convient d'entretenir son image sur les réseaux sociaux. Selon une étude menée par l'International Currency Exchange (ICE), les Britanniques prennent en moyenne sept minutes et douze secondes à essayer de prendre LA photo de vacances parfaite pour impressionner leurs followers. Quant aux clichés, ils en prennent environ 21 par jour.

La recherche indique également que certaines personnes essaient de prendre la même photo jusqu'à 13 fois. Le but: tenter d'obtenir l'image idéale. Sans oublier qu'on passe aussi cinq minutes et demie à éditer la photo et à la légender. «Cette recherche montre que les Britanniques font des efforts extrêmes pour perfectionner leurs photos de vacances, à tel point qu'ils y passent presque une journée», commente Louis Bridger, directeur général de l'ICE.

Or, il se trouve que les choix de destinations et d'activités sont aussi largement influencés par les réseaux sociaux. Près d'une personne sur cinq choisit où voyager en fonction de ce qu'elle a vu en ligne. Du coup, au lieu d'être un moment de pure détente, les vacances sont devenues une source de stress. Plus d'un quart des jeunes âgés entre 18 et 24 ans paniquent à l'idée que leurs abonnés n'apprécient pas leurs publications ou que leurs clichés ne soient pas à la hauteur de leurs attentes.

(L'essentiel/Valentina San Martin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kovacs le 30.08.2018 13:45 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre génération...

  • Moije le 30.08.2018 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le narcissisme au plus haut niveau. et en plus ils ne se rendent même pas compte que la plupart des gens n'en ont rien a branler de leurs photos sur les réseaux sociaux. Des débios quoi...

  • Henck le 30.08.2018 13:21 Report dénoncer ce commentaire

    A mettre en parallèle avec la facon dont le monde tourne autour de nous ;)

Les derniers commentaires

  • Jana Sole le 31.08.2018 08:20 Report dénoncer ce commentaire

    Ça fait des souvenir pour l'aprés Brexit.

  • Garnement le 30.08.2018 21:29 Report dénoncer ce commentaire

    Elle a une sacrée tête à claques la fille sur la photo.

  • That is the question le 30.08.2018 21:28 Report dénoncer ce commentaire

    Être ou paraître ?

  • Natalia le 30.08.2018 15:03 Report dénoncer ce commentaire

    L'endroit est très important aussi, on ne peut pas photographier n'importe quel endroit. Par exemple les photos prises en Ossétie du Sud sont très belles, et des centaines de likes s'en suivent.

  • Nono le 30.08.2018 14:43 Report dénoncer ce commentaire

    N'oubliez pas qu'ils viennent d'Angleterre, c'est normal qu'il y est un Bug quand il se retrouvent devant un batiment au soleil, mais que 25% des jeunes stresse par rapport a leur follower...ça fait peur