Au Liban

08 septembre 2018 10:30; Act: 08.09.2018 10:32 Print

La tradition du bras de fer renaît de ses cendres

La Fédération libanaise de bras de fer a été créée l'année dernière pour ressusciter ce sport, qui était répandu dans le pays il y a plusieurs siècles.

storybild

Le bras de fer est ancré dans la tradition libanaise. (photo: AFP/Ibrahim Chalhoub)

Sur ce sujet

Devant des dizaines de spectateurs, Halim el-Achkar saisit le poignet de son adversaire sur la table et fait plier son avant-bras, s'assurant de la victoire. Au Liban, la tradition du bras de fer renaît de ses cendres. Trapu, barbe noire et bras tatoués, cet homme de 25 ans est un mordu de ce sport ancestral: «Je jouais déjà avec mes amis à l'école, puis à l'université (...) J'ai toujours aimé ce jeu. C'est pour moi un symbole de force et de virilité». Tenant du titre de champion pour la région du Mont-Liban, dans la catégorie des moins de 90 kg, M. Achkar doit désormais participer à la finale du Championnat national, prévue dimanche à Beyrouth.

La rencontre inaugurale de la deuxième édition du Championnat national s'est disputée dans la ville de Jounieh, à 20 km au nord de Beyrouth. Cette compétition est organisée par la Fédération libanaise de bras de fer, fondée en mars 2017 pour ressusciter et professionnaliser ce sport populaire. En un an et demi, la Fédération a déjà réussi à attirer plus de 750 jeunes et moins jeunes, organisant des tournois à travers le pays. «Nous apprenons aux adhérents la technique du jeu conformément aux normes internationales. Notre objectif est aussi de placer le Liban sur la carte mondiale» du bras de fer, explique Karim el-Andary, président de la Fédération.

Tradition de «plusieurs siècles»

Les combats, durant lesquels les joueurs doivent avoir en permanence les coudes sur la table, peuvent durer quelques secondes seulement ou plusieurs minutes. «Le bras de fer est ancré dans la tradition libanaise, nous l'avons hérité de nos grands-parents, il est de notre devoir de le préserver», martèle M. Andary. «Cette tradition était largement répandue à travers le pays il y a déjà plusieurs siècles», explique de son côté Maroun Khalil, président de la Fédération libanaise du patrimoine et des sports traditionnels. «Il s'agissait à la fois d'un passe-temps ludique et d'un moyen pour régler les différends dans les villages sans en arriver à une effusion de sang», raconte-t-il.

Un renouveau accompagné de succès. En juin 2017, deux Libanais ont remporté une médaille d'or chacun lors d'une compétition en Italie. Membres de la Fédération, ils entraînent aujourd'hui les novices. «Il faut que cette discipline reprenne de plus belle et qu'on puisse briller à l'étranger comme cela est le cas en basket-ball», insiste Halim el-Achkar, en référence aux cinq victoires décrochées par l'équipe nationale de basket en Coupe d'Asie depuis 1999. Cette année, le championnat a attiré quelque 250 lutteurs masculins, dont des militaires et membres des services de sécurité. Pierre Harb se réjouit de pouvoir participer à ce championnat car, confie-t-il, le bras de fer existe dans sa vie «depuis l'enfance». Ce jour-là à Jounieh, cet homme de 31 ans a toutefois été battu par un adolescent de 14 ans à la corpulence impressionnante.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.