Œuvre en lambeaux

03 février 2019 12:42; Act: 04.02.2019 11:20 Print

Le Bansky découpé a été présenté au public

Le dessin de Banksy dont une partie avait été coupée en lambeaux après une vente aux enchères, est exposé dans un musée de Baden-Baden, en Allemagne.

storybild

L'autodestruction d'une partie de l’œuvre avait été un choc dans le monde de l'art. (photo: AFP/Ben Stansall)

Sur ce sujet
Une faute?

Des lambeaux dans un musée: «Love is in the bin», la toile du street artist britannique Banksy, en partie autodétruite l'an passé lors d'une vente aux enchères mémorable, sera exposée pour la première fois au public, à partir de mardi en Allemagne, à Baden-Baden. Les images de l'autolacération de la toile, représentant une enfant lâchant un ballon rouge en forme de cœur, lors de sa vente aux enchères en octobre à Londres, avaient fait le tour du monde, suscitant un choc dans le monde de l'art.

Pour la première fois, l’œuvre sera accessible au public, gratuitement, jusqu'au 3 mars, au musée Frieder Burda qui abrite une prestigieuse collection d'art moderne et contemporain. «Nous attendons un grand intérêt, en particulier des jeunes et des fans de Banksy», a indiqué son directeur, Henning Schaper. Pour lui, l'exposition de «Love is in the bin» («L'amour est dans la poubelle») doit participer à «une démocratisation conséquente de l'art». Dès l'enchère bouclée, à la stupeur générale, le dessin «Girl with balloon» était descendu dans la partie inférieure du cadre, happé par une déchiqueteuse dissimulée par Banksy lui-même, réduisant la moitié de l’œuvre en fines lamelles, qui pendent depuis sous le cadre.

«En quelques secondes, l’œuvre est devenue l'une des plus célèbres au monde, et cela dans un monde déjà submergé par les images», relève le musée Burda. Banksy, dont l'identité demeure inconnue, a revendiqué ce coup d'éclat comme un pied de nez au monde de l'art dont il entend dénoncer la marchandisation. L'artiste a ensuite renommé sa toile «Love is in the bin». Choquée dans un premier temps, la propriétaire a finalement décidé de la conserver.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.