Exposition à Paris

09 février 2016 09:12; Act: 09.02.2016 13:05 Print

Le Chat de Geluck s'impose en critique d'art

Le dessinateur belge Philippe Geluck, le père du célèbre «Chat», qui met la dernière main à l'exposition «L'Art et le Chat» qui ouvre ses portes jeudi au musée en Herbe de Paris.

storybild

Philippe Geluck a acquis la célébrité avec son personnage du Chat, grand succès de la bande dessinée. (photo: AFP/Joel Saget)

Sur ce sujet
Une faute?

L'idée de l'exposition est de mettre en parallèle des œuvres originales d'artistes de renom avec des peintures et des sculptures de Geluck. Amateur d'art éclairé, le Chat ne se prive pas de commenter le travail d'artistes comme Basquiat, Leonard de Vinci, Soulages, Mondrian ou Picasso. C'est souvent insolent, toujours drôle, jamais méprisant. Bien sûr, la vraie Joconde est restée au Louvre («Quel dommage pour le Louvre», commente Geluck d'un air facétieux) mais plusieurs musées, galeries ou collectionneurs privés ont joué le jeu et prêté un de leurs chefs-d’œuvre. Avec son téléphone portable, Geluck filme et commente le déballage du Picasso, une «Tête de femme» de 1939 gracieusement prêtée par le musée Picasso de Paris.

Pendant ce temps, des ouvriers fixent une toile du peintre italien d'origine argentine Lucio Fontana, don du musée de Nice. À côté de cette toile rouge fendue d'un coup de cutter, Geluck expose une de ses œuvres où l'on voit le Chat griffer un tableau. Regardant le spectateur, le Chat dit: «Ma femme m'a demandé de faire des Fontana plutôt que d'abîmer des fauteuils». Le musée Magritte de Bruxelles a offert une petite gouache de Magritte jamais présentée publiquement. Quelques artistes en revanche, dont Buren, ont refusé d'être exposés aux côtés du Chat. Des œuvres n'ont pas été présentées en raison du prix trop élevé des assurances. Le musée en Herbe a ainsi renoncé à accueillir une œuvre de Giacometti, assurée pour 35 millions d'euros.

Donner envie aux enfants d'aller au musée

Les visiteurs ne verront pas non plus les œuvres originales d'Edvard Munch, Claude Monet, Vincent Van Gogh ou du peintre italien du XVIe siècle Giuseppe Arcimboldo. Ils pourront admirer cependant le tableau «Le martyre de Saint-Sébastien» d'Annibale Carracci, exposé à côté d'un tableau du Chat, transpercé de flèches et disant: «Je ne trouve pas ça très malin de laisser des enfants jouer aux indiens à côté d'un si beau tableau». Absente elle aussi, «la Vénus de Milo, trop lourde à transporter», s'amuse Geluck, qui expose à côté d'un réplique de la célèbre statue une série désopilante de Vénus de Milo détournée à sa façon.

L'idée de rendre hommage à de grands artistes remonte au début des années 1990, se souvient Philippe Geluck. Une trentaine d’œuvres, dont une vingtaine originales, sont exposées au musée en Herbe. Face à elles, on trouve autant de peintures ou de sculptures de Geluck. Avouant être fasciné et avoir de la tendresse pour les artistes qu'il parodie, Geluck explique qu'il se «glisse dans leur tête» pour travailler. «Ainsi, dit-il, l'espace d'un moment, j'ai l'impression d'être un peu moi-même l'artiste à qui je rends hommage». «Je veux évidemment faire rire mais aussi faire réfléchir au travail de l'artiste et essayer que ce soit beau aussi, agréable à regarder».

Les peintures de Geluck, des acryliques sur toile, sont elles-mêmes des œuvres d'art. Face à la sculpture étincelante et rose fuchsia «Venus Balloon» de l'Américain Jeff Koons, Geluck expose une sculpture en résine chromée de son Chat lisant un journal où il est écrit: «Certaines sculptures pensent... d'autres réfléchissent». Geluck espère que cette exposition, destinée avant tout aux enfants, leur donnera envie d'aller au musée. «Après une exposition comme celle-ci, ils vont encore avoir envie de voir des choses et ils vont lire eux-mêmes dans des tableaux des choses que tout le monde ne lit pas». «C'est ça qui m'enchante», confie le dessinateur belge.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.