Voyages

24 juillet 2013 10:00; Act: 24.07.2013 11:34 Print

Le Club Med ajoute Belek à Kemer et Palmiye

La Riviera turque a tout d'une merveille. C'est à Belek que le Club Med a implanté son nouveau village 4 tridents.

storybild

Au nouveau Club Med à Belek, il y a un temps pour tout et des espaces pour tous. On peut se relaxer dans une zone calme pendant que les familles, avec enfants, profitent des piscines mises à leur disposition. (photo: dr)

Soleil, piscine et plage, c'est un tiercé toujours gagnant sur la Riviera turque. Un endroit où le Club Med vient d'ouvrir un nouveau village 4 tridents. Desservie par l'aéroport international d'Antalya, Belek vient ainsi s'ajouter à Kemer et Palmiye, Bodrum étant le quatrième village en Turquie. Également connue comme la Côte turquoise, la Riviera turque longe géographiquement la côte méditerranéenne de la Turquie sur un millier de kilomètres. Lyciens, Romains, Grecs, Seldjoukides, Ottomans... de nombreux peuples ont vécu sur ces terres.

L'empereur romain Marc Antoine disait qu'avec cet endroit, il avait choisi «le plus beau cadeau de mariage pour sa bien-aimée Cléopâtre». Après Guilin en Chine, Belek est le 71e et dernier-né des villages Club Med. En fait un ancien Lykia World Hotel revu et mis aux normes Club Med par les architectes Marc Hertrich et Nicolas Adnet. Sur une centaine d'hectares (dont 80 pour le golf) bordés d'une plage de sable de 2,5 km, c'est un véritable paradis du bien-être et du sport. Un immense village de 433 chambres qu'il faut apprivoiser pour mieux s'en délecter.

Un village «tout compris» qui séduit les familles, avec des clubs pour les enfants de 4 mois à 17 ans. Ceux qui aspirent à la tranquillité comme les couples d'amoureux ont des zones calmes à leur disposition dont certaines des huit piscines du site. Planche à voile, tennis, tir à l'arc, fitness indoor et outdoor, beach-volley, foot, basket... il y a de quoi se dépenser, même si la chaleur est un frein légitime. Reste la douceur des soirées. Un séjour au Club Med n'en serait pas vraiment un sans une Soirée blanche. Jusqu'au bout de la nuit, bien entendu...

Denis Berche

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • DRMT le 24.07.2013 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ohhhhhhhhh oui kemer :)

Les derniers commentaires

  • DRMT le 24.07.2013 11:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ohhhhhhhhh oui kemer :)