Santé

22 mai 2020 08:43; Act: 22.05.2020 11:39 Print

Le déconfinement, source d'angoisses et de zizanie

Porter un masque ou pas? Sortir ou rester chez soi? À l'heure du déconfinement, de nombreux aspects du quotidien sont sujets à polémique, même entre proches.

storybild

Le respect des gestes barrières est interprété de manière différente par chacun, ce qui provoque tension, stress, parfois même de l'animosité.

Sur ce sujet
Une faute?

Porter un masque ou pas? Sortir ou rester chez soi? À l'heure du déconfinement, de nombreux aspects du quotidien sont sujets à polémique, même entre proches. Explications avec l'anthropologue Fanny Parise, à l'origine d'une étude sur le confinement menée en France et en Suisse.

Tempo

Revoir ses proches ou attendre? C'est une question liée à «la dimension psychologique des individus, selon qu'ils sont introvertis, extravertis, qu'il ont réussi à trouver un équilibre dans le confinement ou ont eu du mal à gérer la limitation des interactions sociales.

C'est aussi lié au style de vie, avec des personnes qui avaient peu de sorties hors domicile: ils ont moins besoin de se précipiter dans une néo-normalité, contrairement aux jeunes urbains qui sont d'ordinaire peu chez eux. On a aussi rencontré pas mal de personnes qui ont vécu cette période comme une "parenthèse enchantée": prendre de la distance par rapport à leur vie quotidienne a été vu comme positif. Ils n'ont pas envie de rebasculer tout de suite dans la vie d'avant».

Tensions

«Pendant le confinement, il y avait un cadre contraint mais relativement clair. Là, c'est le flou artistique: on a le droit de revivre un peu comme avant, mais le risque pandémique est toujours présent et le respect des gestes barrières est interprété de manière différente par chacun, ce qui provoque tension, stress, parfois même de l'animosité.

Il y a ceux pour qui le déconfinement, c'est la continuité du confinement et les autres, pour qui le 11 mai a signé la mise à distance avec le virus. Ils vont donc avoir beaucoup plus de libertés par rapport au port du masque et aux gestes barrières...».

Gestion des risques

«Un individu va arbitrer de manière plus ou moins inconsciente entre plusieurs thématiques et au final, va avoir sa gestion du risque. Les critères pris en compte sont notamment liés à la saleté, à la pollution, au lieu, à la pratique.... Ce sont des choses assez irrationnelles, liées à l'interprétation de chacun. On a surtout la règle de la "proxémie": est-ce que le lieu ou l'activité est avec des inconnus, des collègues, des amis, des connaissances, ou dans un cadre plus intime? On voit qu'un inconnu est considéré comme très dangereux alors qu'un proche, qu'on a très envie de voir, est considéré en meilleure santé».

«Bonjour», «au revoir»

«La première problématique est les rituels de salutation. Même dans un cadre relativement intime, la bise et la poignée de main ont du mal à revenir, et on va préférer se faire un check du coude, ou du pied. Dans la sphère amicale ou professionnelle, on n'a plus du tout aucun contact physique car cela n'est pas jugé essentiel. Là où ça va poser problème, c'est quand on est assez proche des gens, en particulier quand il s'agit de dire au revoir. Car inconsciemment, on se dit que s'il y a une deuxième vague, on ne va pas les revoir de sitôt. Les personnes interrogées (NDLR: au cours de l'étude) disent qu'il y a un moment de malaise car on ne sait pas comment dire au revoir, s'il faut trouver un autre geste ou pas. On a plein de choses à réapprendre dans la vie de tous les jours, comment interagir avec les autres sans les vexer et tout en restant polis. C'est source de nombreuses angoisses».

Dans la durée

«Si le virus part dans quelques semaines ou quelques mois, on a tout a parier que les rites de socialisation vont revenir car ils sont ancrés dans notre culture et notre manière d'interagir. Par contre, dans la sphère professionnelle, cela posait déjà questions, notamment les tours de bise pour les femmes. Dans la sphère amicale, et familiale, je pense que ça va revenir. Par contre, dans les cas intermédiaires, soit des gens pas super proches ou des inconnus, on peut émettre l'hypothèse d'un net recul de ces interactions physiques».

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • rotule le 23.05.2020 10:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @unicorn... mais qu'est-ce que ça avoir avec l'article ? tu es toujours libre de te plaindre a ton syndicat et/ou au ministère compétant, de plus tu as le droit et démissionner ! (ah... mais démission implique pas de chômage... cornélien comme choix... râler ou ne pas avoir de salaire)

  • Aline le 22.05.2020 08:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne sort déjà pas trop de chez moi en dehors du travail donc j'ai apprécié cette période à la maison auprès de ma famille.

  • seewide le 23.05.2020 07:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Content d’être avec les siens et pas au bureau avec un paquet de gens qu’on a pas envie de voir.

Les derniers commentaires

  • rotule le 23.05.2020 10:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @unicorn... mais qu'est-ce que ça avoir avec l'article ? tu es toujours libre de te plaindre a ton syndicat et/ou au ministère compétant, de plus tu as le droit et démissionner ! (ah... mais démission implique pas de chômage... cornélien comme choix... râler ou ne pas avoir de salaire)

  • seewide le 23.05.2020 07:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Content d’être avec les siens et pas au bureau avec un paquet de gens qu’on a pas envie de voir.

  • Unicorn le 22.05.2020 11:47 Report dénoncer ce commentaire

    Quand je vois que tant de gens ont été au tele-travail, et que cela fait des années que mes supérieurs me refusent le télétravail, et que même pour le coronavirus, ils n'y ont pas voulu penser, mes sources d'angoisses proviennent de ces chefs qui se moquent pas mal du stress et de la santé de leurs salariés.

  • Vertigo le 22.05.2020 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Aucune angoisse de ma part. L'industrialisation nous a apporté beaucoup plus de dangers que ce virus.

  • Sepp le 22.05.2020 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    Et pour moi, c'est source de soulagement et de sérénité

    • Boucle fermée le 22.05.2020 14:50 Report dénoncer ce commentaire

      @Sepp. Attends que ca se termine et on verra si tu en dis autant.