Bande dessinée

30 septembre 2018 12:48; Act: 01.10.2018 11:03 Print

Le dessinateur René Pétillon est mort à 72 ans

L'auteur de la bande dessinée à succès «L'enquête corse» et père du détective Jack Palmer est décédé. Il a été emporté par une longue maladie.

storybild

René Pétillon en train de dessiner le détective Jack Palmer. (photo: AFP/Fred Tanneau)

Une faute?

Le dessinateur René Pétillon, qui avait signé la BD à succès «L'enquête corse» et avait longtemps travaillé pour le Canard enchaîné, est mort dimanche à l'âge de 72 ans, ont annoncé les éditions Dargaud. «Emporté par une longue maladie» selon un communiqué de Dargaud, Pétillon était le père du détective Jack Palmer. La plus connue de ses aventures, «L'enquête corse», avait reçu le Prix du meilleur album au festival d'Angoulême en 2001 avant d'être adaptée au cinéma en 2004, avec Christian Clavier dans le rôle de Palmer.

«Le succès de cet album m'a abasourdi», racontait Pétillon à l'AFP en 2013, encore surpris d'avoir été fait citoyen d'honneur de la ville de Bastia grâce à cet ouvrage. Originaire du Finistère, il publie ses premiers dessins en 1968 dans Planète, Plexus et l'Enragé. Sa première bande dessinée sort en 1972 dans Pilote. Deux ans plus tard, il donne naissance à Jack Palmer, un Groucho Marx se prenant pour Humphrey Bogart, détective un peu bêta au gros nez et à l'imperméable trop grand. La dernière aventure de Palmer, «Palmer en Bretagne», est parue en 2013.

Parallèlement à la BD, Pétillon était l'un des dessinateurs français les plus connus dans le domaine de la satire politique, grâce à son travail pour le Canard enchaîné. Il y était entré en 1993 avant de mettre fin à sa collaboration avec l'hebdomadaire l'an passé, selon Dargaud. «Son humour acéré, impitoyable, légèrement décalé et néanmoins pas dénué de tendresse fait mouche à tous coups», a souligné Dargaud dans son communiqué, saluant «un des grands portraitistes de la société française». «L'enquête corse découle directement de mon travail au Canard», avait assuré le dessinateur à l'AFP en 2013.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Belge le 30.09.2018 20:18 Report dénoncer ce commentaire

    Connais pas?

Les derniers commentaires

  • Le Belge le 30.09.2018 20:18 Report dénoncer ce commentaire

    Connais pas?

    • Paul Hochon le 01.10.2018 16:42 Report dénoncer ce commentaire

      Le Charles Aznavour de la BD!