Bande dessinée

06 janvier 2016 08:50; Act: 06.01.2016 08:59 Print

Le festival d'Angoulême accusé de sexisme

Amateurs et professionnels de bande dessinée s'indignaient mardi du fait qu'aucune femme ne figure parmi les 30 sélectionnés du festival de bande dessinée.

storybild

L'annonce des sélectionnés pour le Grand Prix du Festival d'Angoulême a fait réagir. (photo: Twitter/Aimee de Jongh)

Sur ce sujet
Une faute?

Le prestigieux Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême (du 28 au 31 janvier) agite les réseaux sociaux cette semaine, après que les organisateurs ont dévoilé la très attendue liste de 30 dessinateurs sélectionnés par l'organisation pour le Grand Prix de la BD. Elle est composée de 30 dessinateurs et 0 dessinatrice.

Les réactions se sont multipliées dès cette annonce. Dans un manifeste publié par «Le collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme», cité par le site du Monde, les auteures affirment leur opposition à cette «discrimination évidente, cette négation totale de notre représentativité dans un médium qui compte de plus en plus de femmes. Nous demandons tout simplement une prise en compte de la réalité de notre existence et de notre valeur». Le collectif note par ailleurs que les femmes sont largement sous-représentées au sein du jury et du comité de sélection.

«Je demande ainsi à être retiré de cette liste»

Le Français Riad Sattouf, auteur de «La vie secrète des jeunes» ou encore de «L'Arabe du futur», est allé jusqu'à «céder sa place». «J'ai découvert que j'étais dans la liste des nominés au grand prix du festival d'Angoulême de cette année. Cela m'a fait très plaisir !», commente-t-il en s'adressant au jury de la 43e édition du festival sur sa page Facebook. «Mais, il se trouve que cette liste ne comprend que des hommes. Cela me gêne, car il y a beaucoup de grandes artistes qui mériteraient d'y être. Je préfère donc céder ma place à par exemple, Rumiko Takahashi, Julie Doucet, Anouk Ricard, Marjane Satrapi, Catherine Meurisse (je vais pas faire la liste de tous les gens que j'aime bien hein !)... Je demande ainsi à être retiré de cette liste, en espérant toutefois pouvoir la réintégrer le jour où elle sera plus paritaire! Merci!».

«Ce Grand Prix récompense un auteur pour l'ensemble de son œuvre et sa carrière, or, l'histoire de la BD jusqu'aux années 80 est essentiellement d'obédience masculine, justifie sur le site de Libération Franck Bondoux, délégué général du festival. «On ne va pas instaurer des quotas. Le critère doit-il être absolument d'avoir des femmes? Le Festival reflète la réalité de cet univers».

Les internautes ont peu goûté à ces tentatives de contextualisation. Avec le hashtag «WomenDoBD» («Les femmes font de la BD»), ces derniers ont pu protester et mettre en avant leur(s) dessinatrice(s) préférée(s), comme l'a noté Rue 89. Sur Twitter, petits et grands noms de l'art graphique ont parallèlement fait entendre leur mécontentement.

(L'essentiel/che)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Simon le 06.01.2016 10:20 Report dénoncer ce commentaire

    Si aucune n'a été sélectionnée c'est quelles n'avaient pas le niveau. Pas besoin d'en faire tout un plat.

Les derniers commentaires

  • Simon le 06.01.2016 10:20 Report dénoncer ce commentaire

    Si aucune n'a été sélectionnée c'est quelles n'avaient pas le niveau. Pas besoin d'en faire tout un plat.