Bande dessinée

12 septembre 2018 09:00; Act: 11.09.2018 21:09 Print

Le Kivu vit un calvaire à cause de nos téléphones

Bien loin de «XIII» ou «Largo Winch», Jean Van Hamme a écrit le scénario de «Kivu» pour dénoncer les horreurs vécues par cette ex-province du Congo belge.

storybild

S'appuyant sur le dessinateur Christophe Simon, parti sur place, Jean Van Hamme dénonce dans cette BD de fiction la mise à sac et l'exploitation du Kivu. (photo: EXPRESSION@ )

Sur ce sujet

«Le dessin est aussi un cri, pour déchirer l'empire du silence». Ainsi est titrée la préface de «Kivu», écrite par Colette Braeckman, journaliste chargée de l'actualité africaine au journal belge Le Soir. «Vingt ans que cela dure. Vingt ans de massacres, d'esclavagisme, d'horreurs. Et aussi de silence», dit Jean Van Hamme, sorti de sa retraite scénaristique pour s'engager avec cette œuvre bien loin de «XIII» ou «Largo Winch». Après le massacre d'un million de Tutsis au Rwanda, les Hutus génocidaires ont filé s'installer au Kivu, grande province de l'ancien Congo belge, devenu RDC (République démocratique du Congo).

Au Kivu, on trouve du cobalt, mais surtout du coltan, minerai essentiel pour la fabrication de tous les téléphones portables. Si on en trouve ailleurs (Brésil et Australie), 80 % des ressources mondiales en coltan se trouvent au Kivu. Les Hutus en ont fait un business fort juteux, le Rwanda servant de plate-forme pour les expéditions. «Des bandes armées hutues brûlent les villages, tuent les bébés et les vieillards, violent et mutilent les femmes, envoyant hommes valides et enfants travailler dans les mines comme des esclaves. Tout cela pour que nous ayons des téléphones», explique Jean Van Hamme.

«Je veux les aider!»

S'appuyant sur le dessinateur Christophe Simon, parti sur place, il dénonce dans cette BD de fiction la mise à sac et l'exploitation du Kivu, dont le calvaire infernal est passé sous silence. Devenu ami avec le docteur belge Guy-Bernard Cadière, fabuleux chirurgien gastrique, Jean Van Hamme hurle et dénonce pour sensibiliser. «Guy-Bernard Cadière se rend au Kivu pour aider le docteur Denis Mukwege qui soigne les femmes et les enfants violés et mutilés dans un hôpital forteresse». C'est que la tête de Mukwege, «l'homme qui répare les femmes», gynécologue originaire du Kivu, est mise à prix.

«Je veux les aider! Si l'histoire que j'ai écrite est une fiction, tout ce que je raconte est vrai. Je veux que l'on sache ce qui se passe au Kivu», dit Jean Van Hamme. Et il ajoute: «C'est la première fois dans l'histoire de la technique qu'un objet usuel est payé d'autant de vies humaines. Nos chers petits téléphones ne pourraient exister sans payer le prix du sang!». Une BD à lire pour ne plus fermer les yeux sur le Kivu.

«Kivu». Christophe Simon et Jean Van Hamme. Le Lombard.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • eldrie le 12.09.2018 22:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ironique, La marque à la pomme sort des nouveaux téléphones aujourd'hui.

Les derniers commentaires

  • eldrie le 12.09.2018 22:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ironique, La marque à la pomme sort des nouveaux téléphones aujourd'hui.