Polar

07 mars 2018 09:00; Act: 07.03.2018 12:43 Print

Le petit Camille Verhœven est un très grand flic

Outre le phénoménal «Au revoir là-haut» (livre, BD et film), Pierre Lemaître a écrit quatre polars mettant en scène un flic parisien.

storybild

Camille Verhœven, étonnant flic de 1,45 m imaginé par Pierre Lemaître dans la série de romans éponymes, passe à la BD! Sous l’intitulé générique de «Brigade Verhœven», le tome 1 («Rosie») vient de sortir avec Pascal Bertho au scénario et Yannick Corboz au dessin.

La bombe a convenablement fonctionné. Et les rescapés tentent de secourir les victimes restées au sol. Jean s’engouffre dans le métro. Lui ne va secourir personne parce qu'il est le poseur de bombes. Jean Garnier (John pour l’état civil) n’a plus rien à perdre dans la vie. Sa mère est en prison, sa petite amie a été tuée et il n’a plus de travail. Ce qu’il veut est très simple: un passeport et des billets d’avion pour sa mère et lui pour l’Australie ainsi que 5 millions d’euros.

Il ne parlera qu’au commissaire Verhoeven, sinon il fera sauter les six autres obus qu’il a disséminés dans Paris. Camille Verhoeven est né hypotrophique. Il mesure à peine 1,45 m. C’est un homme solitaire, discret et appliqué. Mais il a une grosse expérience et une équipe efficace, quoique très hétéroclite, composée de Louis, le riche élégant, d’Armand, le radin méticuleux, et de Jean-Claude, le joueur, coureur de jupons. Cette singulière brigade va-t-elle déjouer le piège tendu?

«Rue de Sèvres adore adapter les Verhoeven. Je les ai lus, ils m'ont plu. J'ai pris contact et on a lancé le projet», raconte le scénariste Pascal Bertho. «J'adore le personnage de Camille Verhoeven. C'est une véritable contre-figure héroïque. Un petit bonhomme à l'enfance difficile, mais à la détermination incroyable». Avec l'envie de faire découvrir l'univers de Camille Verhoeven à des gens qui ne le connaissent pas en roman et vont le préférer en BD, Pascal Bertho s'est lancé dans l'écriture au rythme d'un album, une saison.

Dans «Rosie», c'est le printemps. Le prochain se passera durant un été torride avant d'enchaîner sur l'automne et de finir sur l'hiver. Dans cette première enquête menée tambour battant, pas de morts horribles, ni de tueur en série. Juste une confrontation psychologique entre le poseur de bombes aux revendications particulières et le petit commissaire à l'esprit si vif.

(Denis Berche/L'essentiel)