Climat

29 octobre 2020 14:44; Act: 29.10.2020 15:08 Print

Le phénomène climatique La Niña est de retour

Selon l’Organisation météorologique mondiale, le phénomène climatique a débuté et devrait durer jusqu’à l’an prochain.

storybild

S’il pleuvra dans certaines parties du monde plus que d’habitude, les régions de la corne de l’Afrique, de l’Asie centrale et de l’Asie du Sud-Est devraient enregistrer elles des précipitations inférieures à la normale. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le retour du phénomène climatique La Niña, qui provoque des intempéries dans le monde, s’est amorcé et devrait perdurer jusqu’à l’an prochain, a indiqué jeudi l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Selon l’agence spécialisée de l’ONU, cet épisode devrait être «d’intensité modérée à forte». Le dernier épisode de forte intensité remonte à 2010/2011 et avait provoqué notamment des pluies torrentielles en Australie, en Amérique du Sud et en Asie du Sud. En 2008/2009, un autre épisode de La Niña avait été rendu responsable de températures glaciales qui avaient fait des dizaines de victimes à travers l’Europe.

Le réchauffement pas stoppé

Le phénomène La Niña est l’inverse du phénomène El Niño et correspond au refroidissement à grande échelle des eaux de surface dans le centre et l’est du Pacifique équatorial, associé à des variations de la circulation atmosphérique tropicale.

Mais si La Niña a généralement pour effet de refroidir la température à l’échelle mondiale, il ne faut pas s’attendre à ce qu’elle stoppe le réchauffement climatique. Car désormais le refroidissement habituellement lié à La Niña est «plus que compensé par la chaleur piégée dans notre atmosphère par les gaz à effet de serre», a expliqué le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. Ainsi, «les années à Niña sont aujourd’hui même plus chaudes que les années à fort Niño que l’on a connues», a-t-il relevé. «Par conséquent», a-t-il conclu, «2020 est toujours en passe de devenir l’une des années les plus chaudes jamais enregistrées et 2016-2020 devrait être la période de cinq ans la plus chaude de l’histoire».

Anomalies de précipitations

D’après l’OMM, il est très probable (90%) que les températures de surface du Pacifique tropical continuent de correspondre à une anomalie La Niña jusqu’à la fin de l’année, voire jusqu’au premier trimestre de 2021 (55%).

Les prévisions saisonnières indiquent, selon l’OMM, que plusieurs régions devraient connaître certaines des anomalies de précipitations les plus importantes associées à l’épisode La Niña de 2020. Les régions de la corne de l’Afrique, de l’Asie centrale et de l’Asie du Sud-Est devraient enregistrer des précipitations inférieures à la normale, alors qu’elles seront supérieures à la normale dans certaines îles du Pacifique et dans la partie nord de l’Amérique du Sud.

Maxx Dilley, directeur adjoint de l’organisation, a souligné au cours d’un point de presse que La Niña pourrait aussi contribuer à la saison des ouragans particulièrement active cette année. «Il y a une connexion entre La Niña, El Niño et la fréquence des ouragans. El Niño tend à en réduire la fréquence tandis que La Niña tend à les encourager, donc La Nina pourrait contribuer à cette saison des ouragans active que nous voyons», a-t-il souligné.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vert de vert le 29.10.2020 19:40 Report dénoncer ce commentaire

    Pour info: pour nous, en Europe, un La Nina en hiver signifie un risque élevé d'un hiver très froid (neige et glace 2011) et un risque important d'inondations.

Les derniers commentaires

  • Vert de vert le 29.10.2020 19:40 Report dénoncer ce commentaire

    Pour info: pour nous, en Europe, un La Nina en hiver signifie un risque élevé d'un hiver très froid (neige et glace 2011) et un risque important d'inondations.