Loisirs

08 octobre 2018 08:47; Act: 08.10.2018 12:29 Print

Le tir à l'arc, un mode de vie au Bhoutan

Dans ce petit royaume himalayen de 800 000 habitants enclavé entre la Chine et l'Inde, le tir à l'arc est bien plus qu'un sport traditionnel.

storybild

Des compétitions de tir à l'arc se tiennent chaque mois au Bhoutan, durant les jours considérés comme de bon augure. (photo: AFP/Arun Sankar)

Sur ce sujet

Chaque week-end, le Bhoutanais Pema Dorji fait ressortir le Robin des bois en lui et pratique avec concentration le tir à l'arc, non sans quelques généreuses rasades de whisky du cru et un accompagnement de danses et chants folkloriques. Dans ce petit royaume himalayen de 800 000 habitants enclavé entre la Chine et l'Inde, le tir à l'arc est bien plus qu'un sport traditionnel: c'est un mode de vie. Des compétitions s'y tiennent chaque mois durant les jours considérés comme de bon augure, et culminent dans un championnat national suivi par des centaines de bruyants supporteurs.

Lors des interruptions, les archers étanchent leur soif à coup de whisky local ou d'alcool de pêche, avant de repartir sur le champ de tir encadré par des drapeaux colorés flottant au vent. «L'alcool et le tir à l'arc vont de pair», explique Tashi Dorji, responsable recherche et développement à l'Association des jeux et sports indigènes du Bhoutan (BIGSA). «Nous buvons pour gagner en confiance. Nous croyons qu'en buvant nous pouvons mieux atteindre la cible», dit ce jeune homme de 25 ans. Les compétitions opposent deux équipes de 11 tireurs chacune, qui doivent atteindre le plus de fois possible le centre d'une cible fixe située à 140 mètres de distance.

Arrivée de sports modernes

Dès que l'objectif est touché, un cri de guerre retentit. Vêtus de costumes traditionnels, les tireurs effectuent alors une petite danse. À la fin du match, l'équipe victorieuse doit réaliser un numéro rituel de danse et de chant, différent de celui que doivent faire les perdants. Ce sport national est enraciné dans les légendes du Bhoutan, dans lesquelles arcs et flèches servent à chasser et détruire les démons et les esprits maléfiques. Les histoires abondent aussi sur la façon dont les Bhoutanais ont combattu les Britanniques au XIXe siècle en utilisant des flèches trempées dans du poison. Le tir à l'arc a été popularisé par le premier roi du Bhoutan, Gongsa Ugyen Wangchuk (1862-1926), et a continué à prospérer au fil des décennies sous le patronage de la monarchie.

Le discipline connaît cependant un déclin depuis l'ouverture au monde de cette nation recluse pour suivre la voie du développement économique et de la modernisation. La télévision y a été autorisée en 1999. «La télé a rendu accessibles les sports modernes comme le football et le volleyball, qui coûtent moins cher à jouer. Soudain, il y a eu une concurrence face à nos sports traditionnels», raconte Kinzang Dorji, président de BIGSA. «Les enfants avaient un choix plus large par rapport aux générations précédentes», dit-il à l'AFP. L'avènement d'arcs plus sophistiqués et recourbés signifiait aussi que les tireurs bhoutanais, habitués à un équipement traditionnel fait de bambous, étaient à la peine dans les compétitions. Bien qu'ayant envoyé des archers à tous les jeux Olympiques depuis 1984, le petit pays n'a pas encore réussi à remporter de médaille dans la discipline.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mdr :') le 08.10.2018 21:59 Report dénoncer ce commentaire

    «Nous buvons pour gagner en confiance. Nous croyons qu'en buvant nous pouvons mieux atteindre la cible» ceux là ont tout compris

  • Vieux citadin le 08.10.2018 22:04 Report dénoncer ce commentaire

    Compet' une fois par mois ! Il faut être en forme pour bander son arc aussi souvent. L'air pur et de la nourriture saine ça n'a pas de prix.

  • has6 le 09.10.2018 11:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Excellent jeux de mot!

Les derniers commentaires

  • has6 le 09.10.2018 11:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Excellent jeux de mot!

  • Vieux citadin le 08.10.2018 22:04 Report dénoncer ce commentaire

    Compet' une fois par mois ! Il faut être en forme pour bander son arc aussi souvent. L'air pur et de la nourriture saine ça n'a pas de prix.

  • Mdr :') le 08.10.2018 21:59 Report dénoncer ce commentaire

    «Nous buvons pour gagner en confiance. Nous croyons qu'en buvant nous pouvons mieux atteindre la cible» ceux là ont tout compris

  • Bhoukistan le 08.10.2018 16:33 Report dénoncer ce commentaire

    C'est normal c'est là qu'a été inventé l'arc. L'arc-bhoutan c'est bien connu !!!

    • Le Belge le 09.10.2018 09:04 Report dénoncer ce commentaire

      J'adore.Pas facile à placer, c'est cela le défi;-)