Bande dessinée

13 juin 2018 09:00; Act: 12.06.2018 21:27 Print

Le tueur se cachait en vendeur d'aspirateurs

Il est bien le meilleur expert en aspirateurs de tous les temps. Mais ne serait-il pas aussi le pire assassin mexicain? Nicolas Petrimaux en fait son héros. Un héros muet!

storybild

Pour marquer son entrée au catalogue Glénat, Nicolas Petrimaux livre donc un hommage réjouissant au thriller d’action des années 80.

Sur ce sujet

«Je voulais raconter l'histoire d'un tueur à gages qui a quitté son milieu et vit une retraite anonyme. À force de retravailler mon récit, je suis arrivé à "Il faut flinguer Ramirez", une chasse à l'homme au cœur de l'Arizona», explique Nicolas Petrimaux. Jacques Ramirez travaille à la Robotop, à Falcon City (Arizona). Cette entreprise d’électroménager est l’un des fleurons industriels du coin. Employé modèle, il bosse vite, bien et sait se faire discret. Facile car il est muet.

Mais sa vie bascule le jour où deux membres d’un dangereux cartel pensent reconnaître en lui l’homme qui a trahi leur organisation par le passé. «Les deux mafieux ramenaient un banal mixeur au service après-vente, ils ont retrouvé Ramirez, le pire assassin que le Mexique ait jamais connu», explique, sûr de son effet, Nicolas Petrimaux. Aussi étonnant que cela puisse paraître, sous le chapeau du nettoyeur légendaire se cacherait désormais un expert en aspirateurs hors pair. Et maintenant qu'il est démasqué, les hommes du cartel feront tout... pour flinguer celui qu'il juge comme un traître.

«L'un est un peu plus con que l'autre»

«Ces deux personnages de mafieux, dont l'un est un peu plus con que l'autre, m'ont poussé sur le terrain humoristique. Et comme je ne voulais pas un héros qui parle de trop, Ramirez est muet. Il se distingue par son silence quand les autres bavardent pour lui». Au travers d'une ambiance vieilles bagnoles américaines et palmiers de couchers de soleil, sans portable ni Internet, Nicolas Petrimaux déroule son histoire dans un tome 1 déjanté et explosif, adjoignant à son Ramizez deux actrices, Chelsea Tyler et Dakota Smith, dont on ne sait pas encore pourquoi elles ont quitté prématurément le tournage d'un film.

Pour marquer son entrée au catalogue Glénat, Nicolas Petrimaux livre donc un hommage réjouissant au thriller d’action des années 80. Un récit brutal et sans temps morts. Deux albums sont encore à venir dans ce qui sera une trilogie. Avec son vendeur d'aspirateurs-tueur à gages muet, ce jeune auteur (32 ans) vient de frapper très fort.

«Il faut flinguer Ramirez T. 1». Nicolas Petrimaux. Glénat.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.