Bande dessinée

21 octobre 2015 09:00; Act: 20.10.2015 18:41 Print

Le vieux Hans Stalhoffer est un sacré dur à cuire

Casper, jeune protestant, a besoin du vieux Hans. À deux contre trente, la chasse à l'homme est inégale. Sauf que Hans n'est pas n'importe qui.

storybild

Xavier Dorison (scénario) et Joël Parnotte (dessin) s'en donnent à cœur joie avec ce récit d'aventures historique, dans un décor montagneux.

Sur ce sujet

1537. Au fin fond des montagnes perdues du Jura, un envoyé de l’Église exacerbe la haine religieuse de montagnards catholiques afin qu’ils lancent une chasse à l’homme contre Casper, un jeune protestant, et Hans, son guide.

Leur crime est de vouloir faire passer une Bible traduite en français jusqu’en Suisse pour la faire imprimer. À deux contre trente, le destin du duo jeune-ancien semble scellé. Sauf que Hans n’est pas une proie comme les autres. Il est l’ancien maître d’armes de François Ier... Et la proie se rebelle, bien décidée à devenir le chasseur.

Associés pour «Le Maître d'armes», ce one-shot de 96 pages, Xavier Dorison (scénario) et Joël Parnotte (dessin) s'en donnent à cœur joie avec ce récit d'aventures historique, dans un décor montagneux.

«Pour imaginer une histoire, il faut un tas d'ingrédients. J'avais envie d'un mélange du premier «Rambo» de Ted Kotcheff et d'un combat médiéval, sur fond d'un récit autour de la foi, valeur universelle mais pas seulement religieuse», dit Xavier Dorison.

«Quelles images? Quel univers? Les forêts de montagnes, la neige, le sang... l'univers graphique de l'histoire m'a tout de suite parlé», explique Joël Parnotte.

En faisant se rencontrer deux caractères comme celui du jeune Casper et de l'expérimenté Hans, en mêlant les destins d'un «petit ange» à celui d'un guerrier indestructible, les deux auteurs font de ce «Maître d'armes» une épopée délicieusement violente.

«J'avais dessiné les 46 premières pages. Je pensais avoir fini le tome 1 quand Xavier m'a annoncé qu'il n'y aurait pas de tome 2», dit Joël Parnotte. «Il avait fini un marathon et je lui ai demandé d'en faire, dans la foulée, un second», dit Xavier Dorison.

Parti pour faire un diptyque, le duo a donc concentré son récit dans un one-shot devenu de ce fait encore bien plus fort et plus intense.

On y entre par curiosité, on en sort chancelant après avoir été tenu en haleine pendant 96 pages. Quelle aventure! Et dire que Xavier Dorison et Joël Parnotte travaillent déjà sur une nouvelle série dont le premier tome devrait paraître dans le courant de 2016.

«Le Maître d’armes». Dorison et Parnotte. Dargaud.

(Denis Berche/L'essentiel)