Étude inquiétante

02 juin 2020 14:54; Act: 02.06.2020 15:47 Print

Les apnées du sommeil favorisent la démence

Selon une étude suisse, le manque d’oxygène durant une apnée peut entraîner des pertes de matière grise. Ce qui peut développer l’apparition de la démence.

storybild

Près d'un milliard de personnes dans le monde souffrent de symptômes liés aux apnées du sommeil.

Sur ce sujet
Une faute?

Le manque d’apport en oxygène provoqué par les apnées du sommeil entraîne des pertes de substance grise dans certaines zones cérébrales. Cela pourrait favoriser le développement de troubles cognitifs ou l’apparition de démences, selon une étude réalisée par le CHUV de Lausanne (Suisse).

Ronflements, somnolence diurne ou baisse de la concentration: près d'un milliard de personnes dans le monde souffriraient de symptômes liés aux apnées du sommeil. Caractérisé par une fermeture répétée de la gorge durant la nuit, ce trouble engendre des arrêts momentanés de la respiration et un déficit d’oxygène dans le corps.

Fluctuant normalement entre 94% et 98%, le taux de saturation en oxygène peut descendre sous 85% chez les personnes atteintes par ce syndrome, a indiqué mardi le centre hospitalier suisse, dans un communiqué.

Baisse significative de la matière grise

Parue dans la revue «Annals of Neurology», l’étude démontre qu’une mauvaise oxygénation nocturne entraîne une diminution du volume de certaines régions du cerveau. L’hippocampe, l’amygdale, les ganglions de la base et certaines aires corticales fronto-pariétales sont notamment concernés.

Une baisse de 1% du taux de saturation en oxygène durant le sommeil a pour conséquence une perte de volume moyenne de 0,63% de la substance grise présente dans ces zones, ont observé les chercheurs. Abritant le corps des cellules nerveuses, la substance grise est responsable des fonctions mentales supérieures comme la mémoire. Ce résultat suggère que les apnées du sommeil pourraient favoriser le développement de troubles cognitifs ou l’apparition de démences.

Portant sur 775 personnes ayant bénéficié d’un enregistrement du sommeil et d’une imagerie par résonance magnétique cérébrale (IRM), il s’agit de la plus grande étude au niveau mondial sur le lien entre le syndrome d’apnées du sommeil et l’anatomie du cerveau.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • blu le 03.06.2020 07:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La démence est souvent causée par les médicaments

  • LeReste le 02.06.2020 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    ...Ok, mais quand on sait que le cerveau humain n'est utilisé qu'à 10%, et que des cas de rétablissements spontanés ont été observés, notamment des circuits de neurones ont trouvé un autre chemin pour se reconnecter, on ne doit pas paniquer trop vite...

Les derniers commentaires

  • blu le 03.06.2020 07:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La démence est souvent causée par les médicaments

  • LeReste le 02.06.2020 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    ...Ok, mais quand on sait que le cerveau humain n'est utilisé qu'à 10%, et que des cas de rétablissements spontanés ont été observés, notamment des circuits de neurones ont trouvé un autre chemin pour se reconnecter, on ne doit pas paniquer trop vite...

    • @reste le 03.06.2020 09:24 Report dénoncer ce commentaire

      on vois bien que 10% c'est le seuil maximum … certains ont vus repousser leurs bras ou leur jambes spontanément, si si ..