Gastronomie

25 février 2019 08:09; Act: 25.02.2019 10:59 Print

Les burgers trouvent leur public à Pyongyang

Un restaurant de la capitale de Corée du Nord propose des hamburgers, un plat pourtant associé à la culture américaine, pays honni par le régime.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Dans les rues de Pyongyang, ce qui s'approche le plus de la culture américaine honnie par le régime nord-coréen, est le café Green Leaf, spécialisé dans les hamburgers. Le restaurant donne sur la nouvelle avenue Ryomyong, inaugurée en 2017. Au Green Leaf, le décor est cependant digne des années 1970, dans les tons marron avec sur les murs des photos de fleurs baptisées en hommage à la dynastie des Kim, les «Kimilsungia» et «Kimjongilia».

La télévision, habituée à la propagande antiaméricaine, diffuse un concert de la chorale nationale, loin de l'ambiance classique d'un dîner américain. Ici un beefburger coûte un peu moins de deux euros, deux fois plus pour un cheeseburger agrémenté de bacon. On y trouve des burgers au kimchi, hommage à ce plat coréen traditionnel à base de chou fermenté. Le pain à hamburger est aussi parfois remplacé par des galettes de riz dans cette déclinaison locale du grand classique de la gastronomie américaine. Les frites sont servies dans des cornets rouges rappelant ceux du géant américain McDonald's.

États-Unis, ennemi public n°1

La clientèle du Green Leaf, fondé par un homme d'affaires singapourien Patrick Soh, est essentiellement composée de familles et de jeunes couples. La manager Kim Yong assure accueillir entre 300 et 500 clients par semaine pour lesquels le hamburger n'a rien d'américain. «Pour les gens, le hamburger évoque un petit pain tranché en deux plutôt que McDonald's», assure-t-elle. Comme le fondateur de l'endroit est de Singapour, «certains pensent même que c'est un plat singapourien», assure-t-elle.

Rien d'étonnant dans un pays où les États-Unis sont présentés par la propagande d'État comme l'ennemi public numéro un, responsable de la partition de la péninsule coréenne, d'atrocités pendant la guerre et des difficultés économiques du pays. La haine des Américains est enseignée aux Nord-Coréens depuis l'enfance. Pyongyang contrôle étroitement les médias du pays, mais des contenus alternatifs circulent sous le manteau sur des clefs USB.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • rené sance le 26.02.2019 07:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En fait c’est un simple casse croûte

  • Helmutheimat le 26.02.2019 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous y trompez pas, les personnes pouvant se permettre ce genre d'extra ou autre, font partie de la nomenklatura. Une poignée seulement de ces personnes peuvent profiter quand la majeure partie crève de faim en travaillant comme des forcenés sans aucun salaire si ce n'est qu'un sac de riz et tout cela pour qu'on puisse acheter vêtements, smartphones et autres moins cher.

  • Carlos le 25.02.2019 15:55 Report dénoncer ce commentaire

    Le journal officiel du Parti des Travailleurs de Corée a écrit en 2000, que Kim Jung Un, le père de l'actuel dictateur, avait inventé le plat de 'viande entre deux pains' (!?) destiné aux étudiants. Et les restaurants qui le vendent existent depuis plusieurs années avant la chaîne du singapourien. On peut en voir des images dans des sites officiels nord-coréens. Ce qui est certain, c'est que là-bas, on mange (à) sa faim.

Les derniers commentaires

  • Helmutheimat le 26.02.2019 10:13 Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous y trompez pas, les personnes pouvant se permettre ce genre d'extra ou autre, font partie de la nomenklatura. Une poignée seulement de ces personnes peuvent profiter quand la majeure partie crève de faim en travaillant comme des forcenés sans aucun salaire si ce n'est qu'un sac de riz et tout cela pour qu'on puisse acheter vêtements, smartphones et autres moins cher.

    • Ah bon le 26.02.2019 12:26 Report dénoncer ce commentaire

      Ah bon? vêtements, smartphones et autres moins cher de Corée du Nord? Vraiment???

  • rené sance le 26.02.2019 07:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En fait c’est un simple casse croûte

  • Carlos le 25.02.2019 15:55 Report dénoncer ce commentaire

    Le journal officiel du Parti des Travailleurs de Corée a écrit en 2000, que Kim Jung Un, le père de l'actuel dictateur, avait inventé le plat de 'viande entre deux pains' (!?) destiné aux étudiants. Et les restaurants qui le vendent existent depuis plusieurs années avant la chaîne du singapourien. On peut en voir des images dans des sites officiels nord-coréens. Ce qui est certain, c'est que là-bas, on mange (à) sa faim.

  • Lestrollsrusses le 25.02.2019 09:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On dit que c'est la pire dictature du monde, moi je ne sais pas