Étude en France

20 décembre 2017 16:59; Act: 20.12.2017 16:59 Print

Les cadres ont plus souvent des gros bébés

Les enfants de cadres ont plus de chances d'être de gros bébés, mais les enfants d'ouvriers sont plus souvent en surpoids dès l'âge de six ans, montre une étude en France.

storybild

8% des bébés des cadres pèsent plus de 4 kg, contre 5,7% chez les ouvriers. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Les données recueillies auprès de près de 20 000 enfants «majoritairement nés en 2007» mettent en évidence une relation entre poids de naissance et classe sociale, d'après cette étude intitulée «Poids à la naissance et origine sociale: qui sont les enfants les plus exposés au surpoids et à l'obésité?», publiée mercredi par le ministère français de la Santé publiée. Chez les cadres, 8% des bébés pèsent plus de 4 kg et 5,5% moins de 2,5 kg. À l'inverse, chez les ouvriers, ils sont seulement 5,7% à dépasser 4 kg, contre 8,7% en-dessous de 2,5 kg.

Pour l'expliquer, l'auteure de l'étude, Muriel Moisy, rappelle quelques facteurs de risques d'accouchement prématuré ou de faible poids du bébé: suivi médical insuffisant, emploi éprouvant, faible niveau d'études, consommation d'alcool et de tabac, etc. À six ans, la relation entre poids et classe sociale s'est déjà inversée. Chez les enfants de cadres, 1,3% seulement souffrent d'obésité et 5,9% de surpoids. Chez les ouvriers, ils sont respectivement 5,8% et 9,8%. Par exemple, «31% des enfants d'ouvriers nés à 4 kilogrammes ou plus, contre seulement 13% des enfants de cadres dans le même cas, sont en surcharge pondérale en grande section de maternelle», a souligné l'étude.

«Les habitudes de vie favorisant le surpoids sont plus répandues chez les ouvriers», justifie l'auteure, citant l'absence ou l'irrégularité du petit déjeuner et le temps passé devant un écran. Mais elle précise que ce ne sont pas les seuls facteurs. Cette enquête de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation (Drees) et des statistiques recèle une bonne nouvelle: «la prévalence de la surcharge pondérale à 5-6 ans a plutôt diminué», en tombant à «moins de 12% en 2013», contre «plus de 14%» en 2001.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Questa Toha le 21.12.2017 14:03 Report dénoncer ce commentaire

    Il est pafaitement logique que les bébés dont les parents ont une alimentation saine et équilibrée soient en meilleure santé. Chacun sait quelles sont les conséquences d'une mauvaise hygiène alimentaire. Le coeur du sujet n'est pas la différence supposée entre codes et ouvriers, mais la persistance des mauvaises habitudes alimentaires.

  • Casimir le 21.12.2017 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Les cadres devraient être fiers de faire de beaux bébés et de contribuer à l'avenir du pays.

  • Océane le 20.12.2017 18:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les cadres ou femmes de cadres? Ou les femmes-cadres? Même le populisme a besoin de nuances et de précisions.

Les derniers commentaires

  • Questa Toha le 21.12.2017 14:03 Report dénoncer ce commentaire

    Il est pafaitement logique que les bébés dont les parents ont une alimentation saine et équilibrée soient en meilleure santé. Chacun sait quelles sont les conséquences d'une mauvaise hygiène alimentaire. Le coeur du sujet n'est pas la différence supposée entre codes et ouvriers, mais la persistance des mauvaises habitudes alimentaires.

  • egaalwat le 21.12.2017 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les enfants de cadres sont pas les plus heureux .... la boulimie la drogue durs anorexique etc se ne sont pas de problème de pauvre..... avoir un enfant n'est pas une question de pauvreté ou richesse mais l'amour qu'on lui donne !!!

    • Julia Peters le 21.12.2017 13:51 Report dénoncer ce commentaire

      La boulimie, et anorexie, la toxicomanie ne sont pas des pathologies liées à la CSP des parents mais à l'image négative qu'ils peuvent avoir d'eux-mêmes.

  • Casimir le 21.12.2017 10:56 Report dénoncer ce commentaire

    Les cadres devraient être fiers de faire de beaux bébés et de contribuer à l'avenir du pays.

  • Eugène-Amédée Balsac le 21.12.2017 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    Les entreprises devraient mettre gratuitement des nurtritionistes et des dietéticiennes à la disposition des ouvriers.

    • Nicolas De Villedon le 21.12.2017 10:44 Report dénoncer ce commentaire

      Et des coachs sportifs!

    • LaVérité le 21.12.2017 11:45 Report dénoncer ce commentaire

      Non, à vrai dire, les entreprises devraient uniquement mettre gratuitement des diététicien(ne)s à la disposition des ouvriers! Le titre de nutritionniste n'est pas protégé. N'importe qui peut donc s'improviser nutritionniste et exercer sans réelle qualification et/ou diplôme. Cela peut parfois faire d'énormes dégâts sur votre santé et votre corps. Soyez prudent et choisissez des professionnels!

    • Eddy Da Cote le 21.12.2017 14:04 Report dénoncer ce commentaire

      Le sport et l'activité physique, il n'y a rien de tel!

  • marcel le 21.12.2017 03:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vous réalisez vraiment à ce que vous marquez???

    • Kail le 21.12.2017 11:09 Report dénoncer ce commentaire

      Il faut revoir notre approche des désordres alimentaires et de leurs conséquences .

    • Claude Pignon le 21.12.2017 14:05 Report dénoncer ce commentaire

      C'est vrai qu'on fait des enfants un peu à tort et à travers.