Bande dessinée

27 juin 2018 09:00; Act: 27.06.2018 10:22 Print

Les chefs-​​d'œuvre du «Dieu du manga» réédités

L'œuvre d'Osamu Tezuka, qui est décédé en 1989 à l'âge de 60 ans, comporte plus de 150 000 pages sur 50 ans de carrière. Une mine d'or!

storybild

Pour fêter les 90 ans de la naissance d'Osamu Tezuka, les éditions Delcourt/Tonkam lancent une collection prestige dédiée à la réédition des chefs-d'œuvre du «Dieu du manga».

Une faute?

Pour fêter les 90 ans de la naissance d'Osamu Tezuka, les éditions Delcourt/Tonkam lancent une collection prestige dédiée à la réédition des chefs-d'œuvre de celui qu'on appelle tout simplement «le Dieu du manga». Né en 1928 dans la préfecture d'Osaka, Osamu Tezuka a été initié très tôt à l'univers du manga et au cinéma étranger par ses parents. Il a débuté en 1946 dans un journal pour enfants, connaissant l'année suivante son premier grand succès avec «Shin takarajima» («La Nouvelle île au trésor»).

Paru directement en recueil, il s'en serait vendu de 400 000 à 600 000 exemplaires. Tout en achevant ses études de médecine (il n'exercera jamais), Tezuka sort différents ouvrages: «Lost World», «Métropolis», «Next World», «Faust»... Installé à Tokyo à partir de 1952, il signe ensuite ses œuvres les plus célèbres: «Le Roi Léo» (1950-1954) puis «Astro Boy» (1951 à 1968). Lorsqu'il disparaît le 9 février 1989, à 61 ans, Osamu Tekuza laisse derrière lui un héritage vraiment incroyable: plus de 150 000 pages et plus de 700 œuvres.

Héros ambigus

«Son destin ne rentre pas dans les limites de ce qu'on croyait savoir d'une vie humaine», dit Patrick Honnoré, traducteur du japonais vers le français d’œuvres littéraires et de mangas dont un certain nombre d'ouvrages de Tezuka. À son style unique, qui a défini le manga moderne, Tezuka a ajouté une manière de questionner et d'éprouver ses personnages, et par extension l'homme et son rapport à l'histoire. Délaissant robots, animaux et créatures irréelles, il a préféré se consacrer aux héros humains, aux profils plus ambigus.

Pour lancer la collection qui revisite ses œuvres emblématiques, Delcourt/Tonkam a choisi «Ayako», avec un happy end qui est inédit en Europe, et aussi «L'Histoire des 3 Adolf», offert dans son sens de lecture originel. Drame social et aussi tragédie familiale dans l'immédiat après Seconde Guerre mondiale, «Ayako» dépeint la déchéance des Tengé, une très puissante famille de propriétaires terriens. Abordant la Shoah et les relations Japon-Allemagne du IIIe Reich, «L'Histoire des 3 Adolf» mêle fiction et témoignage historique sur 1 400 pages. «Ayant vécu la guerre, j'avais envie de laisser un témoignage de celle-ci à ma façon», disait Osamu Tezuka.

«Ayako» et «L'Histoire des 3 Adolf». Osamu Tezuka. Delcourt/Tonkam.

(Denis Berche/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.