Fashion Week de Londres

05 janvier 2018 10:59; Act: 05.01.2018 10:59 Print

Les défilés masculins privés de leurs stars

Moins de défilés, moins de stars: la Fashion Week masculine de Londres démarre samedi, bouleversée par la révolution numérique qui transforme le secteur.

storybild

Le rendez-vous britannique de la mode mise désormais sur les jeunes talents. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Il n'y a encore pas si longtemps, la Fashion Week de Londres, organisée début janvier, était l'occasion pour les fashionistas de sortir de la torpeur post-Noël en découvrant sur les podiums les nouvelles collections des plus grandes signatures de la mode britannique, de Burberry à Vivienne Westwood en passant par Jonathan Anderson. Las, cette époque semble désormais révolue. Burberry a déserté la Fashion Week de janvier dès l'an dernier et dévoile désormais sa garde-robe masculine lors des présentations féminines, en février, surfant sur la tendance mixte.

Même topo pour J.W. Anderson, le label de Jonathan Anderson, directeur artistique du maroquinier de luxe Loewe, qui ne présentera plus que deux défilés par an au lieu de quatre, afin de «réduire l'écart traditionnel entre la période des défilés et la disponibilité des pièces à la vente», indique la marque. Pas la peine non plus de compter sur l'habituel défilé militant de Vivienne Westwood. En lieu et place, la prêtresse punk-écolo de la mode, elle aussi passée au mixte, présentera sa collection automne-hiver 2018-19 dans un «format digital».

Place aux jeunes stylistes

Alors, privée de ses stars, que reste-t-il à Londres, cadet des grands rendez-vous de la mode, pour rivaliser avec New York, Milan et Paris? Ce qui fait son ADN depuis sa création: les stylistes de la jeune garde britannique, répond l'organisateur de la Fashion Week, le British Fashion Council (BFC). L'édition 2018 sera «une célébration de cet esprit de découverte et de créativité qui ont fait de Londres un carrefour international pour la mode masculine», assure Caroline Rush, la patrone du BFC.

On y retrouvera Edward Crutchley, «l'étoile montante» (dixit Vogue) de la mode britannique, et son streetwear de luxe. L'audacieux vestiaire hip hop néo-punk de Liam Hodges. Christopher Raeburn, le crack de la mode éthique et du recyclage. Ou encore Astrid Andersen, la petite princesse du sportswear. «Non», la Fashion Week masculine de Londres n'est pas morte, insiste Kristabel Plummer. «Il y a une grande variété de marques et cette Fashion Week leur donne une chance de briller», libérée de l'ombre des poids lourds du secteur. Et, qui sait, ajoute-t-elle, «peut-être assisterons-nous à l'éclosion d'un nouveau joyau!».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • kikou le 05.01.2018 12:53 Report dénoncer ce commentaire

    y aurait il quelque chose a voir avec le brexit. Oh my god!

Les derniers commentaires

  • kikou le 05.01.2018 12:53 Report dénoncer ce commentaire

    y aurait il quelque chose a voir avec le brexit. Oh my god!