Épouvante

05 février 2019 13:27; Act: 05.02.2019 13:44 Print

Les esprits japonais sont les plus lugubres

Le Japon regorge d'histoires de fantômes extraordinaires. Une grande partie de ceux-ci se cacheraient à l'intérieur des habitations.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les histoires de fantômes japonaises doivent leur popularité en Europe et aux États-Unis au long-métrage «The Ring», l'un des nombreux remake américains de films d'horreur japonais, à l'instar de «The Grudge» et «Prémonitions». Dans la culture japonaise, on croit aux fantômes. Les Japonais pensent que lorsqu'un individu meurt, l'âme du défunt quitte son corps pour rejoindre un autre monde. Contrairement aux croyances chrétiennes, cet ailleurs n'est pas forcément le paradis ou l'enfer, mais un monde commun.

Cependant, selon le shintoïsme, les choses peuvent mal tourner: lors de mort violente, si les rituels funèbres n'ont pas été respectés ou si la personne avait encore quelque chose à accomplir dans notre monde. Dans ces cas, l'âme du défunt demeure sur Terre, dans un premier temps. Et certains hanteraient les endroits les plus improbables (à découvrir dans le diaporama), comme les petits espaces entre les meubles d'une habitation, les WC ou une poupée...

Assoiffés de sang

Mais si l'âme arrive à passer dans l'autre monde, elle y est accueillie par des membres de la famille déjà morts. Ensemble, ils sont censés veiller sur les vivants. On dit que les esprits reviendraient dans notre monde une fois par an, au mois d'août. C'est à ce moment-là qu'a lieu l'«O-Bon», une traditionnelle fête religieuse dont l'objectif est de remercier les ancêtres de leurs sacrifices.

Alors que les esprits de la propre famille sont généralement perçus comme bons et bienveillants, ceux des histoires d'épouvante japonaises font, la plupart du temps, preuve de brutalité, sont assoiffés de sang et impitoyables. Dans le diaporama, nous vous présentons quatre histoires d'épouvante parlant de fantômes censés hanter les habitations.

(L'essentiel/age)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.