Selon une enquête

16 janvier 2020 14:36; Act: 16.01.2020 15:04 Print

Les millenials craignent une attaque nucléaire

Quelque 54% des personnes nées entre 1980 et la fin des années 1990 sont convaincues qu'une attaque nucléaire se produira au cours de la décennie.

storybild

Près de la moitié des personnes interrogées pensent qu'une troisième guerre mondiale éclatera au cours de leur existence.

Sur ce sujet
Une faute?

Une enquête du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), publiée jeudi, montre que les millenials sont pessimistes sur l'avenir de l'humanité. Quelque 54% des personnes nées entre 1980 et la fin des années 1990 sont en effet convaincues qu'une attaque nucléaire se produira au cours de la décennie.

Toutefois, 84% des personnes interrogées considèrent que l'utilisation d'armes nucléaires n'est en aucun cas acceptable, et 54% pensent que ces armes devraient être interdites. Dans cette enquête commandée par le CICR, 16 000 millenials (également appelés génération Y, 20 à 35 ans) de 16 pays différents - dont la moitié en situation de conflit - exposent leur point de vue sur les guerres et le droit international humanitaire.

«Pour les membres de la génération Y, le risque qu'une guerre dévastatrice ait lieu de leur vivant est réel», constate le président du CICR, Peter Maurer, dans le rapport de synthèse de l'enquête. «Il est alarmant de constater que près de la moitié des personnes interrogées pensent qu'une troisième guerre mondiale éclatera au cours de leur existence, tandis qu'une majorité est convaincue qu'une attaque nucléaire se produira ces dix prochaines années», relève-t-il.

Les millenials d'Ukraine et de Syrie sont les plus optimistes

L'enquête révèle des «tendances inquiétantes, qui traduisent un manque de respect des valeurs humaines fondamentales consacrées par le droit international», selon le CICR. Ainsi, 37% des personnes interrogées considèrent que la torture est acceptable dans certaines circonstances, et ce même après avoir reçu des explications sur la Convention des Nations unies contre la torture. Et 15% estiment que les combattants devraient employer tous les moyens pour atteindre leurs objectifs, quelles que soient les pertes civiles engendrées.

Le CICR juge toutefois «encourageant» de constater que 74% des millenials pensent que les guerres peuvent être évitées, et que 75% estime nécessaire d'imposer des limites aux méthodes et aux moyens de guerre. Les jeunes adultes vivant dans les pays touchés par la guerre sont pour leur part plus susceptibles de croire qu'on observera moins de guerres, ou plus de guerres du tout, à l'avenir par rapport aux millenials dans les pays en paix (46% contre 30%). Quant aux millenials en Ukraine et en Syrie, ce sont les plus optimistes selon le CICR: respectivement 69% et 60% d'entre eux sont convaincus que la guerre dans leur pays devrait prendre fin dans les cinq prochaines années.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.