Tendance culinaire

26 avril 2018 11:20; Act: 26.04.2018 15:48 Print

Les produits de la mer concurrencent la viande

Rôti de saumon ou merguez de poissons, salade hawaïenne, les produits de la mer veulent conquérir plus de consommateurs à la recherche de repas légers et diététiques.

storybild

Populaire sur la côte ouest américaine, le «poke bowl», salade de thon cru originaire d'Hawaï, arrive en Europe. (photo: Twitter)

Sur ce sujet

Elle ressemble à la saucisse de porc de nos barbecues, elle se cuit aussi à la plancha, mais la merguez du marin vendéen ne contient que du poisson - saumon et colin d'Alaska - et de la julienne de légumes. Dans un des halls du Brussels Seafood Expo, le plus grand salon des produits de la mer au monde qui se tient pendant trois jours dans la capitale belge (24-26 avril), la petite entreprise basée à Aizenay (ouest de la France) s'inspire des produits élaborés à base de viande mais tout vient à 100% de la mer: brochettes de lotte ou de marlin, rôtis qui se cuisent au four à base de farce de poissons et de Saint-Jacques, ou encore pavé de thon mariné à la provençale.

«Quelqu'un qui aime la viande saignante peut le cuire de la même façon. Il faut être inventif pour avoir des produits finis», sourit le PDG du Marin Vendéen, Olivier Bonnin. Alors que la tendance vers une alimentation plus saine et plus durable pèse sur la consommation de viande, la filière halieutique voudrait profiter de la quête du consommateur pour des sources alternatives de protéines. Pour Laurent Mauray, directeur général de la société Rolmer, présente au salon, l'objectif est d'attirer les moins de 40 ans, qui consomment moins de poissons que leurs aînés.

Le «poke bowl» débarque en Europe

«L'offre actuelle n'est pas adaptée pour cette cible. Il faut rendre le produit plus accessible», assure M. Mauray. Carpaccio, tartare, mais aussi rôtis, émincés et brochettes sont «prêts à consommer, prêts à cuire». Autres tendances du moment, la filière rivalise de créativité pour introduire les produits de la mer à la table de l'apéritif - rillettes, verrines, «fish balls» sur le modèle des saucisses cocktails - mais aussi dans les assiettes des gens pressés à l'heure du déjeuner.

Traditionnellement salade de thon cru originaire d'Hawaï, populaire sur la côte ouest américaine, le «poke bowl» débarque en Europe. «C'est un mélange entre le ceviche du Pérou et le sushi japonais», explique Fredrik Hald, chargé du développement des produits chez le norvégien Leroy, deuxième producteur mondial de saumon. La société a lancé cette petite salade à emporter en France, en Espagne, en Finlande et en Norvège.

«L'aval de la filière a une intelligence économique», se félicite Hervé Jeantet, le président de FranceAgriMer, l'organisme public qui fait l'intermédiaire entre l'État français et le monde de la mer. Pas moins de trois entreprises françaises ont été récompensées pour leurs produits innovants au salon bruxellois. Parmi elles, les «perles de spiruline» congelées de Globe Export, une société bretonne spécialisée dans les algues. Cette microalgue est composée de 70% de protéines, et contient les huit acides aminés essentiels «qui ne se trouvent pas que dans la viande», insiste Christine Le Tennier, la fondatrice.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • French Chips le 26.04.2018 12:57 Report dénoncer ce commentaire

    Ca semble tout de même très industriel pour être "prêt à l'emploi" sans parler de la pollution des océans qui contamine la matière première péchée et la malbouffe au tourte de soja OGM et farines animales des poissons d'élevages.

  • Bienvenue mercure et métaux lourds! le 26.04.2018 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Le saumon, norvégien notamment, et surtout d'élevage, n'est pas conseillé pour la santé. La ministère norvégien de la santé recommande à sa population de ne pas en consommer plus d'une fois par semaine. Et ce dans un pays dans lequel le lobbye de la pêche est extrêmement puissant. Quant à tous les poissons aussi bien d'élevage que sauvages, ce sont devenus avec la pollution des mers de véritables sources de métaux lourds qui se concentrent dans les organismes au fil de la chaîne alimentaire, au sommet de laquelle nous sommes. Au dessus de la taille d'une sardine, ça devient risqué d'en manger.

  • moderne le 26.04.2018 16:31 Report dénoncer ce commentaire

    J'adore les produits de la mer ... si c'est en forme de parallélipipède rectangle avec de la sciure une bonne croute de sciure partout autour.

Les derniers commentaires

  • Astrid Petitpoissonouigrosnon. le 26.04.2018 22:19 Report dénoncer ce commentaire

    Cool de gros poissons plein de métaux lourds ou de plastique, du saumon 'tuné" en Norvège, les bonnes truites de nos rivières polluées...j'en ai l'eau à la bouche

  • moderne le 26.04.2018 16:31 Report dénoncer ce commentaire

    J'adore les produits de la mer ... si c'est en forme de parallélipipède rectangle avec de la sciure une bonne croute de sciure partout autour.

  • viandovore le 26.04.2018 15:57 Report dénoncer ce commentaire

    Le jour ou on élèvera des boeufs et des porcs en mer, je mangerai des produits de la mer. Comme on peut le voir, je ne suis ni indien ni musulman.

  • Bienvenue mercure et métaux lourds! le 26.04.2018 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Le saumon, norvégien notamment, et surtout d'élevage, n'est pas conseillé pour la santé. La ministère norvégien de la santé recommande à sa population de ne pas en consommer plus d'une fois par semaine. Et ce dans un pays dans lequel le lobbye de la pêche est extrêmement puissant. Quant à tous les poissons aussi bien d'élevage que sauvages, ce sont devenus avec la pollution des mers de véritables sources de métaux lourds qui se concentrent dans les organismes au fil de la chaîne alimentaire, au sommet de laquelle nous sommes. Au dessus de la taille d'une sardine, ça devient risqué d'en manger.

  • roberto le 26.04.2018 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    Compte tenu de l'état de pollution de nos mers, je préfère rester avec la traditionelle viande.