Selon une étude

04 décembre 2018 13:13; Act: 04.12.2018 14:28 Print

Les surnoms affectueux font du bien aux couples

Trois-quarts des Européens et près de 90% des Américains donnent un surnom affectueux à leur partenaire. Il paraît que ça fait du bien à la relation de couple.

storybild

Le bonheur d'un couple tient finalement à peu de choses... (photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Quand ils s’adressent à la personne qui partage leur vie, certains ne peuvent s'empêcher de l’appeler chouchou, loulou, lapin, ma puce ou, plus classique, chéri(e)? Rassurez-vous, c’est tout à fait normal. Trois-quarts des Européens et 87% des Américains donnent un surnom affectueux à l’élu(e) de leur cœur, révèle une étude. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les hommes qui sont les plus nombreux à manifester cette habitude: 85% d'entre eux le font, contre 76% des femmes.

Pourquoi préfère-t-on employer un petit nom pour la personne aimée au lieu de son prénom? L’enquête du site Superdrug Online Doctor, menée sur plus de 1 000 personnes des deux côtés de l’Atlantique, ne le dit pas. En revanche, elle constate que les couples qui se donnent un surnom affectueux sont plus nombreux que les autres à se dire satisfaits de leur relation.

Surnom recyclable

Ainsi, chez les Européens, près de 90% des couples qui se surnomment «Schatz», «baby», «babe» et 73% de ceux qui s’appellent «ma puce» se disent satisfaits de leur vie de couple, contre seulement 62% de ceux qui s’adressent à leur partenaire uniquement avec son prénom. Détail amusant: le surnom affectueux est recyclable. 44% des hommes et 36% des femmes interrogés admettent avoir déjà utilisé le même petit nom lors d’une précédente relation.

L’étude rappelle que selon les experts en matière de relations de couple, l’emploi d’un surnom affectueux traduit souvent une connexion émotionnelle forte entre deux personnes. Rien d’étonnant à ce qu’il s'invite aussi sous la couette. Près de 80% des hommes et 70% des femmes ont déjà appelé leur partenaire par un petit nom lors de leurs ébats. Selon les résultats de l’enquête, les deux mots qu’on lâche le plus souvent dans un lit - qu’on soit un homme ou une femme - sont «baby» ou «babe».

Par contre, «papy» et «daddy» n’ont vraiment pas la cote, que ce soit dans l'intimité ou ailleurs: plus de 70% des personnes interrogées, tous sexes confondus, citent ce surnom comme le pire. D’ailleurs, seuls 3% des Européens l’emploient dans un contexte érotique. Les Américains, par contre, sont 12% à aimer s’entendre appeler papa sous la couette. L’étude ne donne pas d’explication à cette différence.

(L'essentiel/Eva Grau)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.