Avancée de l'OMS

19 juin 2018 18:45; Act: 20.06.2018 14:14 Print

Les transexuels bientôt moins stigmatisés?

Le sentiment d'appartenir au sexe opposé ne doit plus être considéré comme une maladie mentale, estime l'OMS. Une décision qui devra être validée par les pays en 2019.

storybild

En février 2010, la France avait été le premier pays au monde à sortir le transsexualisme de la liste des affections psychiatriques. (photo: AFP)

Sur ce sujet

C'est ce qu'il ressort de la 11e version de la Classification internationale des maladies (CIM), publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) cette semaine et première mise à jour globale de cette nomenclature depuis le début des années 1990. Le document, appelé CIP-11, sera présenté à l'Assemblée mondiale de la santé, en mai 2019 à Genève, pour adoption par les États membres, et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. La nouvelle classification comporte de nouveaux chapitres, dont un consacré à la santé sexuelle. Il recouvre des affections auparavant classées ailleurs, comme l'«incongruence de genre», à savoir le transsexualisme, classée jusqu'alors avec les troubles mentaux.

L'un des «très gros problèmes» est que «le fait de lier (le transsexualisme) aux maladies mentales est stigmatisant», a expliqué mardi Lale Say, en charge du département Santé reproductive et recherche à l'OMS. Aussi, l'OMS s'attend à ce que la nouvelle classification du transsexualisme «réduise la stigmatisation, ce qui pourrait contribuer à une meilleure acceptation de ces personnes par la société (...) et même augmenter leur accès aux soins de santé», a-t-elle dit.

En février 2010, la France avait été le premier pays au monde à sortir le transsexualisme de la liste des affections psychiatriques. La nouvelle classification de l'OMS - la CIM-11 - prévoit également un nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle. Alors que des millions de personnes y ont recours dans le monde, elle n'avait jamais été répertoriée dans ce système. Le trouble du jeu vidéo a pour sa part été ajouté à la section sur les troubles de l'addiction.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 19.06.2018 21:29 Report dénoncer ce commentaire

    Bon pas une maladie ok, mais c'est un phénomène social qui reste très minoritaire il ne faut pas l'oublier, la vie en société ne doit pas tourner autour des transsexuels ...

Les derniers commentaires

  • torolkozo le 19.06.2018 21:29 Report dénoncer ce commentaire

    Bon pas une maladie ok, mais c'est un phénomène social qui reste très minoritaire il ne faut pas l'oublier, la vie en société ne doit pas tourner autour des transsexuels ...