Alimentation

17 mai 2019 15:30; Act: 17.05.2019 15:55 Print

Les viandes alternatives font grincer des dents

«Viande sans abattage», «viande propre»... Les termes pour désigner les alternatives à la viande conventionnelle sont encore mouvants et divisent.

storybild

Pour désigner les produits de start-up à la mode comme Impossible Burger, certains parlent de «fausse viande», d'autres de «viande sans animal». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Viande sans abattage», «viande propre», «viande 2.0», «fausse viande» ou «viande synthétique»: les termes pour désigner les alternatives à la viande conventionnelle, concoctées à base de plantes ou de cellules animales, sont encore mouvants et font parfois grincer des dents. Pour les produits fabriqués à partir de cellules animales, «il n'y a vraiment pas de consensus», affirme Matt Ball, porte-parole d'une association qui fait la promotion de ces alternatives, The Good Food Institute.

Lors de sa présentation en 2013, le premier burger cuisiné in vitro avait fait les gros titres sous le nom de «Frankenburger». On parlait encore allègrement de «viande de laboratoire», de «viande artificielle» ou de «viande de culture». Plus tard s'est répandu le terme «viande propre» avant que n'essaime plus récemment l'expression "viande à base de cellules". À la recherche du meilleur mot pour appâter les consommateurs, The Good Food Institute a publié en septembre 2018 une étude de 37 pages sur la perception de diverses appellations.

«Ils me portent préjudice»

Aux États-Unis, le ministère de l'Agriculture sera en charge de l'étiquetage de ces nouveaux produits quand ils arriveront sur le marché, dès 2021 assurent les start-up les plus avancées. Les autorités exigeront probablement des termes «précis et descriptifs», ne serait-ce que pour les allergies, avance Matt Ball. «En France, on ne se pose pas la question de comment définir ce produit (de viande cellulaire) parce qu'il ne suscite pas beaucoup d'intérêt», affirme Jean-François Hocquette, directeur de recherche à l'Institut national de recherche agronomique (INRA) et éditeur de la revue Viande et produits carnés. La viande à partir de cellules, telle qu'elle est faite aujourd'hui, relève à ses yeux plus d'un "amas de fibre musculaire", dont la texture est bien loin du faux-filet, du poulet rôti ou de la côte de porc. Côté goût, c'est l'inconnu.

La consistance de la viande conventionnelle, fait-il valoir, est le fruit de sa maturation après l'abattage de l'animal. Aux États-Unis, les éleveurs tentent en tout cas de prendre les devants pour éviter l'expérience des producteurs laitiers qui ont assisté, impuissants, à l'essor des boissons végétales vendues sous le nom de «lait» d'amande ou de coco. L'association des éleveurs bovins américains (USCA) estime ainsi que le mot viande doit être réservé à la chair d'un animal né, élevé, et abattu de façon traditionnelle. «La compétition dans le rayon boucherie est bienvenue tant que les règles du jeu sont justes», estime sa porte-parole Lia Biondo.

L'Association américaine des producteurs de bœuf (NCBA) n'a pas encore pris de position sur les produits à base de cellules animales, faute de connaître leur composition exacte. Elle ne soutiendra pas «des termes qui ne sont pas basés sur la science comme "viande propre" car ils dénigrent la viande conventionnelle en impliquant qu'elle est sale», remarque l'une de ses représentantes, Danielle Beck. Pour les produits à base de plantes, l'association est plus radicale en estimant que «certains emballages sont assez trompeurs». «Ils utilisent le mot viande car cela leur permet de faire l'amalgame dans l'esprit des consommateurs», déplore Jim Dinklage, éleveur de bœuf à Orchard dans le Nebraska. «Ils me portent préjudice», assène-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Polux le 17.05.2019 18:04 Report dénoncer ce commentaire

    Achetez votre viande chez un petit boucher que vous connaissez bien ou directement chez un éleveur respectueux de son animal, ce que je fais, et arrêter d'acheter du tout préparé dans les grandes surfaces. On veut aller vite et manger bien, ça ne colle pas ensemble, pour bien manger il faut un peu de temps pour acheter, cuisiner, manger. manger vite un truc passez au micro onde ça n'est pas manger mais se nourrir, ce n'est pas pareil.

  • jean-Claude le 18.05.2019 13:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon il faut juste être intelligent, manger local, si possible bio , trouver un éleveur qui prends soin de ses bêtes ( sisi ça existe), lui faire confiance et consommer de la viande 3-4 fois par semaine. Pas la peine de manger de la bouffe en plastique, ni des trucs ultratransformés. Consommons intelligemment !

  • Lafka le 19.05.2019 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    Le mot viande ne doit même pas apparaître.. car ce n est pas de la viande.. point.

Les derniers commentaires

  • boothroyd le 19.05.2019 13:02 Report dénoncer ce commentaire

    c'est pas de la viande point alors pourquoi appeler ca viande? et pourquoi immiter de la viande par des légumes pour commencer??

  • Lafka le 19.05.2019 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    Le mot viande ne doit même pas apparaître.. car ce n est pas de la viande.. point.

  • Nathielux le 19.05.2019 01:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop mangeons local, avec de bon produits, réapprenons à cuisiner et non pas à réchauffer ( le temps c’est de l argent, prendre son temps c est gagner de l argent .....) Cette viande artificielle arrivera dans nos magasins c est sûr ( car plus rentable....) Les consommateurs ont le pouvoir de choisir alors choisissons ! !

  • jean-Claude le 18.05.2019 13:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon il faut juste être intelligent, manger local, si possible bio , trouver un éleveur qui prends soin de ses bêtes ( sisi ça existe), lui faire confiance et consommer de la viande 3-4 fois par semaine. Pas la peine de manger de la bouffe en plastique, ni des trucs ultratransformés. Consommons intelligemment !

  • zaza le 18.05.2019 11:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @polux... je suis entièrement d accord avec vous ... il faut ce donner la peine de cuisinier avec de bon produits , et là ont a le plaisir de la table !!!!! Bon appétit à tous .....