Dans certains cas

28 mai 2017 12:35; Act: 28.05.2017 12:35 Print

Manquer de sommeil double le risque de décès

Un manque de sommeil peut doubler le danger de décéder d'un infarctus ou d'un accident vasculaire cérébral chez des personnes ayant plusieurs facteurs de risque cardio-vasculaires.

storybild

Les personnes souffrant du syndrome métabolique qui avaient dormi moins de six heures avaient 2,1 fois plus de chances de mourir d'une crise cardiaque ou d'une attaque cérébrale.

Sur ce sujet
Une faute?

Des chercheurs ont sélectionné au hasard 1 344 adultes d'un âge moyen de 49 ans, dont 42% d'hommes qui ont accepté de passer une nuit à dormir dans un laboratoire. Selon les tests et examens effectués, plus de 39% des participants avaient au moins trois facteurs de risques (obésité, hypertension, taux de cholestérol excessif, diabète) qui, ensemble, constituent le syndrome métabolique, précisent les auteurs dont l'étude paraît dans la revue de l'American Heart Association.

Pendant une période de suivi de plus de 16 années en moyenne, 22% sont décédés. Les personnes souffrant du syndrome métabolique qui avaient dormi moins de six heures dans le laboratoire avaient 2,1 fois plus de chances de mourir d'une crise cardiaque ou d'une attaque cérébrale pendant ces 16 années, comparativement à ceux ne présentant pas ces facteurs de risque cardio-vasculaires. Ces même personnes avaient également un risque 1,99 fois plus élevé de décéder de toutes causes par rapport à celles ne souffrant pas du syndrome métabolique.

Ceux des participants avec ce syndrome dormant plus de six heures avaient encore 1,49 fois plus de risque de mourir que les sujets en meilleure santé. Les autorités médicales recommandent aux adultes de dormir de sept à huit heures par nuit. Selon les auteurs, il s'agit de la première étude de ce type qui mesure la durée du sommeil en laboratoire. Jusqu'alors ces recherches étaient basées sur des réponses des participants à un questionnaire.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.