Santé

10 août 2018 17:51; Act: 10.08.2018 18:04 Print

Même le ménage est bon contre la dépression

L'exercice physique, y compris le ménage, permet de réduire le risque de dépression, selon une étude parue jeudi.

storybild

Nettoyer chez soi est un bon antidépresseur.

Une faute?

L'exercice physique serait un bon moyen de réduire le risque de dépression, selon une étude parue jeudi. Il s'agit par exemple de pratiquer un sport, de marcher ou même de faire le ménage.

Selon les auteurs, «tous les types d'exercice physique ont été associés à une amélioration de la santé mentale». Mais cette amélioration est la plus marquée avec «les sports collectifs, le cyclisme, l'aérobic et le sport en salle de musculation». L'étude publiée dans The Lancet Psychiatry se fonde sur des questionnaires soumis à plus de 1,2 million d'adultes américains entre 2011 et 2015.

Ces questionnaires dressaient une liste de 75 types d'activités physiques, de la marche à la musculation, en passant par le jardinage, la pêche ou le yoga. Les sondés devaient indiquer le nombre de fois par semaine ou mois où ils s'adonnaient à cette activité, et combien de temps en moyenne.

3,5 jours de «mauvaise santé mentale»

Une autre question était: «Si vous pensez à votre santé mentale, ce qui comprend le stress, la dépression et des problèmes émotionnels, combien de jours lors des 30 derniers n'a-t-elle pas été bonne?».

Résultat: «les personnes qui ont une activité physique font état de 1,5 jour de moins de mauvaise santé mentale par mois par rapport à celles qui n'ont pas d'activité», ont résumé les auteurs dans un communiqué. Les sondés déclaraient en moyenne avoir environ 3 jours et demi de «mauvaise santé mentale» par mois.

La dose idéale d'exercice physique est de «45 minutes trois à cinq fois par semaine». Au-delà, le bénéfice baisse. Et les sondés atteignant trois heures d'activité physique par jour déclaraient avoir une santé mentale moins bonne que ceux sans aucune activité physique.

Coordonnée par un chercheur en psychiatrie de l'université de Yale (États-Unis), Adam Chekroud, l'étude fait une observation statistique, sans établir de lien de cause à effet. La relation entre exercice physique et réduction de la dépression ou du stress «pourrait aller dans les deux sens: par exemple l'inactivité pourrait être un symptôme et un facteur de mauvaise santé mentale, et l'activité pourrait être un signe de résilience ou y contribuer», selon les chercheurs.

(L'essentiel/nxp/ats)