Bande dessinée

20 juin 2018 09:00; Act: 20.06.2018 14:19 Print

Méto, un cri de liberté lancé contre un système fermé

Sur un dessin de Nesmo, Lylian adapte en BD la trilogie culte signée Yves Grevet. «Méto» est un huis clos captivant et inquiétant.

storybild

Le scénariste Lylian et le dessinateur Nesmo ont réussi à retranscrire avec brio l’ambiance mystérieuse et claustrophobique de l’œuvre d’Yves Grevet.

Sur ce sujet

64 enfants coupés du monde et surveillés de main de fer par les Césars. Le quotidien de Méto et de ses camarades est régulé par des règles rigides. Et aucun écart n’est toléré. La seule manière de survivre à ce quotidien est de respecter le code de conduite. Encore et toujours. Mais lorsqu'il se voit confier la responsabilité de former un nouvel arrivant, Méto débute une quête de la vérité. Pourquoi personne n’a de souvenirs d’avant leur arrivée? Pourquoi sont-ils ici? Et surtout, que peut-il bien y avoir à l’extérieur?

Le scénariste Lylian et le dessinateur Nesmo ont réussi à retranscrire avec brio l’ambiance mystérieuse et claustrophobique de l’œuvre d’Yves Grevet. Un huis clos qui plonge le lecteur dans les tourments d’adolescents livrés à eux-mêmes et qui doivent affronter des épreuves aussi bien physiques que mentales face à l’inconnu et à l’obscurantisme. «J'ai découvert la trilogie culte d'Yves Grevet (NDLR: traduite en huit langues et vendue à plus de 100 000 exemplaires) grâce à mon éditeur chez Glénat». explique Lylian, scénariste des séries «La Quête d'Ewilan» et «Ellana». «Des enfants qui survivent dans un univers carcéral et qui découvrent la valeur de la liberté, je me suis vite senti dans mon élément», dit-il.

Adapter «Méto», écrit à la première personne du singulier, n'est pas une mince affaire d'autant que les espaces temps se mélangent souvent dans le roman de Grevet. «Nous avons déplacé les actions, les dialogues, les séquences, pour arriver à une narration propre à la bande dessinée», reconnaît Lylian. Collant au personnage de Méto, et vivant ainsi ce qu'il vit au jour le jour, cette dystopie (NDLR: récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre) est le premier tome d’une série qui va compter, dans une nouvelle collection, Log-In, imaginée pour les jeunes adultes. «Les jeunes de 12 à 25 ans sont plus réceptifs et intelligents qu'on ne le croit. Ils essaient de s'échapper de notre monde avec ce type d'histoires dystopiques. Elles leur offrent la possibilité de vivre des aventures trépidantes, dangereuses. Elles organisent un présent catastrophique et un futur qui serait plus lumineux que le nôtre», conclut Lylian, trop heureux de se frotter à la petite folie de Méto.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.