Selon une étude

19 décembre 2019 11:46; Act: 20.12.2019 15:32 Print

Moins de fumeurs masculins, une première

Le nombre d'hommes consommant du tabac dans le monde diminue, une tendance observée chez les femmes depuis plusieurs années déjà, s'est réjouie l'Organisation mondiale de la santé.

storybild

Les hommes représentent la grande majorité (82%) des 1,337 milliard de consommateurs mondiaux de tabac. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Cette nouvelle n'est pas sans conséquence car les hommes représentent la grande majorité (82%) des 1,337 milliard de consommateurs mondiaux de tabac, a indiqué l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui scrute les comportements des fumeurs et autres consommateurs de tabac depuis près de vingt ans. Jusqu'à présent, l'OMS avait constaté «une hausse régulière du nombre d'hommes consommant les produits mortels du tabac», a rappelé le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, cité dans le communiqué.

«Or, maintenant, pour la première fois, nous observons une baisse, due à l'attitude plus ferme des gouvernements face à l'industrie du tabac», a-t-il ajouté, saluant ce «tournant dans la lutte contre le tabagisme» qui s'est produit en 2019 et devrait se confirmer dans le futur. En près de vingt ans, le nombre total de consommateurs de tabac dans le monde a diminué d'environ 60 millions, passant à 1,337 milliard en 2018, selon la troisième édition du rapport mondial de l'OMS sur le tabagisme.

27 millions de consommateurs en moins d'ici 2025

Cette baisse s'explique par la réduction d'environ 100 millions du nombre des consommatrices sur cette période, ramené à 244 millions en 2018. Au cours de la même période, les hommes ont été 40 millions de plus à utiliser des produits du tabac (1,093 milliard en 2018). Le rapport de l'OMS, qui couvre uniquement les produits contenant du tabac et exclut donc les cigarettes électroniques, montre que la tendance à la hausse du tabagisme masculin a été stoppée.

Selon les projections de l'OMS, le nombre de consommateurs hommes devrait diminuer de deux millions entre 2018 et 2020 pour s'établir à 1,091 milliard, et de 4 millions entre 2020 et 2025, pour atteindre 1,087 milliard. Globalement, l'OMS prévoit une diminution de 10 millions du nombre total pour les deux sexes par rapport à 2018 et une nouvelle baisse de 27 millions d'ici à 2025.

8 millions de morts chaque année

Ces chiffres montrent que les efforts de lutte entrepris par les pays pour vaincre le tabagisme progressent, selon l'OMS, pour qui les progrès restent malgré tout insuffisants par rapport aux objectifs volontaires fixés par les gouvernements. Le rapport montre par ailleurs que c'est en Asie du Sud-Est que l'on trouve les taux de tabagisme les plus élevés, mais ils devraient diminuer rapidement, selon l'OMS, pour atteindre des niveaux semblables à ceux des régions européenne et du Pacifique occidental.

Chaque année, le tabagisme est à l'origine de plus de 8 millions de décès, entraînant la mort d'environ un consommateur sur deux. Plus de 7 millions de ces décès sont dus à la consommation directe de produits du tabac, alors qu'environ 1,2 million résulte du tabagisme passif, selon l'OMS.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.