Bande dessinée

28 mars 2018 09:00; Act: 28.03.2018 15:05 Print

Plongée dans le Paris surréaliste des années 20

Pour son tout premier scénario de bande dessinée, Lancelot Hamelin, romancier, fonce à travers le Paris des années 20.

storybild

Lancelot Hamelin plonge le lecteur dans le Paris surréaliste du début du XXe siècle et les soirées enivrées des années folles.

Une faute?

Le mouvement surréaliste embrase Paris dans les années 20. Les noms d’André Breton, Cocteau ou Picasso fascinent les modernes et choquent les conservateurs. Leurs œuvres préoccupent les pouvoirs en place, qui les considèrent comme de dangereux manifestes révolutionnaires. Le dernier objet du scandale est «L’Âge d’or», un film écrit par Dali et Buñuel, tellement sulfureux qu’il circule clandestinement sous un faux titre issu du «Capital», de Marx: «Dans les eaux glacées du calcul égoïste». Gueule cassée de la Première Guerre mondiale, Victor est engagé par l’armée française pour infiltrer ce milieu et arrêter la troupe. Mais en fréquentant ces artistes de l’intérieur, il va apprendre à mieux les connaître. Au risque de se retrouver fasciné par eux...

Dramaturge et romancier, Lancelot Hamelin s'aventure en bande dessinée avec la complicité du dessinateur Luc Erbetta. «J'aime me conforter à d'autres formes d'écriture que le roman ou le théâtre. Le rapport du texte de la bande dessinée au récit et à l'image pose de nouvelles problématiques, mais permet l'expression d'un autre rapport à l'imaginaire», explique Lancelot Hamelin.

Soirées enivrées

Lecteur de BD, «mais par périodes et comme en secret», il déboule dans le neuvième art avec deux albums chez Glénat: «Dans les eaux glacées du calcul égoïste» (avec Luc Erbetta) et «La mort aux yeux de cristal» (avec Étienne Oburie). Pour le premier album de son diptyque avec Luc Erbetta, Lancelot Hamelin plonge le lecteur dans le Paris surréaliste du début du XXe siècle et les soirées enivrées des années folles. «J'étais fasciné par le scandale du film "L'Âge d'or". Ces histoires autour de cette histoire et la question de la création artistique dans un contexte de montée du fascisme, et d'explosion des nouvelles formes d'art».

Passionné par Buñuel, son éditeur a accepté de tenter l'aventure avec lui, le caractère romanesque en même temps que graphique de l'histoire ayant paru évident. «Les rencontres avec Luc Erbetta et Étienne Oburie m'ont beaucoup appris sur la nature, les possibilités et les règles secrètes de la BD». Et Lancelot Hamelin de voir déjà au-delà de ses grands débuts réussis.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.