Bande dessinée

04 juillet 2018 09:00; Act: 04.07.2018 10:16 Print

Plus réussi est le méchant, plus réussie sera la BD

L'histoire est remplie de vrais méchants. Bernard Swysen a entrepris de conter leur vie dans «Les Méchants de l'Histoire».

storybild

En se replongeant dans les détails parfois sordides de la biographie de ces «salauds» de l'histoire, Bernard Swysen veut raconter l'horreur par l'humour.

Caligula, Dracula, Hitler, Torquemada, Attila, Robespierre, la collection «Les Méchants de l'Histoire» promet des biographies pimentées et vraies de tyrans en tous genres. De ceux qui, à leur manière souvent horrible, répugnante et abjecte, ont vraiment marqué leur époque. En se replongeant dans les détails parfois sordides de la biographie de ces «salauds» de l'histoire, Bernard Swysen veut raconter l'horreur par l'humour. L'auteur belge ouvre le bal avec le duo «Caligula» et «Dracula», dessinés par Fredman et Julien Solé.

«Le rire, l'humour noir me paraissent des armes efficaces pour que le lecteur retienne quelque chose de nos histoires, donc de l'histoire», dit Bernard Swysen. Détestant entendre tant de conneries et voir que l'époque ne cesse de réécrire l'histoire, il propose de s'en tenir aux faits «même si depuis des millénaires, l'histoire est traficotée pour des tas de raisons politiques». Pour être historiquement irréprochable et drôle à la fois, Bernard Swysen s'est adjoint pour chacun de ses personnages le spécialiste scientifique du genre. C'est le cas avec Pierre Renucci pour «Caligula» et Matei Cazacu pour «Dracula», les deux premiers tomes de la série déjà parus alors que les quatre autres tomes s'annoncent en janvier 2019.

En profondeur, sans complaisance, il raconte les raisons (ou le manque de raison) qui les ont poussés à assassiner leurs ennemis, à commettre des génocides, à déplacer des populations, à violer, à torturer, à perpétrer des meurtres de masse contre l'humanité. «Évidemment, les horreurs continuent de nos jours. Il y a encore et toujours des dictateurs sanguinaires. J'ai d'ailleurs peu d'espoir qu'un jour la race disparaisse. Pour les empêcher d'arriver au pouvoir, il faut bien connaître l'histoire. Car comme le disait le philosophe George Santayana, "ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter"», dit Bernard Swysen, trop heureux de faire son travail de mémoire, non sans un humour appréciable. Car en lisant ces biographies, ciselées à grands coups de jeux de mots et de calembours, chacun constatera que l'arrivée de ces monstres au pouvoir aurait aussi pu être évitée.

• «Caligula». BernardSwysen et Fredman. Dupuis • «Dracula». Bernard Swysen et Julien Solé. Dupuis

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.