Question psychologique

07 janvier 2019 15:12; Act: 07.01.2019 16:05 Print

Pourquoi est-​​on heureux quand quelqu'un échoue?

Des chercheurs ont tenté de comprendre pourquoi l'humain a tendance à se réjouir de voir une célébrité rencontrer des malheurs ou encore un sportif enregistrer une déconvenue.

storybild

Le fait d'être heureux quand une personne échoue découlerait d'un sentiment de déshumanisation. (photo: iStock)

Sur ce sujet
Une faute?

En allemand, il existe un mot pour définir la joie de voir échouer quelqu'un: «Schadenfreude». D'après une récente étude, cette émotion découlerait d'une déshumanisation du rival. «Schadenfreude», c'est le plaisir particulier que les gens tirent du malheur des autres, comme celui de voir la carrière d'une célébrité s'écrouler, un criminel particulièrement nocif se faire emprisonner ou la défaite d'une équipe sportive rivale.

Pour cette étude, une équipe de psychologues de l'Université Emory à Atlanta (États-Unis) est partie du constat qu'il n'existait pas de définition à proprement parler du terme «schadenfreude» et a donc cherché à le comprendre, à l'expliquer et à l'étudier au mieux. Pour certaines personnes, derrière cette émotion complexe se cache une recherche de justice, pour savoir si la personne qui a échoué méritait son malheur. Pour d'autres, il s'agit simplement d'un acte de comparaison sociale (les membres d'un groupe tirant sa joie de la souffrance de ceux qui ne font pas partie du groupe). D'autres encore estiment qu'il s'agit du fait d'envier quelqu'un, ce qui nous pousse à vouloir son malheur.

Le groupe de chercheurs a donc voulu réunir toutes ces définitions sous un seul concept. Après analyse de diverses études prouvant que «schadenfreude» était une émotion intégrée à nos comportements depuis notre petite enfance, les chercheurs ont estimé que ce qui était commun à toutes les réactions était la déshumanisation, le fait de considérer une personne comme étant moins humain que soi. Cette déshumanisation d'une autre personne ou d'un autre groupe permet de ressentir de la joie face à l'échec de cette même personne ou de ce même groupe. L'étude suggère également que plus une personne éprouve de l'empathie envers une autre, moins elle est susceptible de ressentir l'émotion «schadenfreude» lorsque cette personne souffre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sage de la Rue le 08.01.2019 07:36 Report dénoncer ce commentaire

    Le malheur des uns fait le bonheur des autres malheureusement !!! Même s'il faut pas se réjouir des malheur des gens puisque on a tous des malheurs dans la vie !!!

  • encore une étude? le 07.01.2019 16:20 Report dénoncer ce commentaire

    Faut arrêter les excuses, quand on se réjouit du malheur des autres quels qu'ils soient, c'est suite à de la jalousie, de la méchanceté, de l'égoïsme et autre... Bref que des choses mauvaises. Et c'est un choix. On peut choisir de faire le bien ou le mal. Et si on se croit meilleur alors on ne réagit pas comme les mauvais, sinon on ne vaut pas mieux. Bonne journée à TOUS ;-P

  • Carina le 08.01.2019 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne me réjouis jamais du malheur des autres. Tout d’abord qui suis-je pour le faire. Ensuite je me dis que cela aurait tout aussi bien pu être moi à sa place. Je ne connais pas la vie intime des autres pour juger. Personne ne mérite d’être malheureux, donc non plus que quelqu’un d’autre s’en réjouisse. Un peu d’empathie ne nuit à personne. Bonne journée!

Les derniers commentaires

  • le druide le 08.01.2019 14:13 Report dénoncer ce commentaire

    comme quand les Français ont éliminé les Belges en coupe du monde ahaha

  • LiNh le 08.01.2019 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Un jeune conducteur s'est planté après avoir fait grincer ses pneus dans un petit virage que je prends à 40 km/h (au delà c'est chaud) et situé à 200 m d'une aire de jeux donc un endroit fréquenté par des familles.... il avait deux jeunes filles d'environ 15 ans avec lui. Heureusement il n'y a pas eu de blessés mais son crash était bien mérité. J'étais heureux :-)

  • LiNh le 08.01.2019 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    Les petits anges qui jouent les modèles de la bonté ne se rejouissent pas lorsqu'un chauffeur se vautre en voiture lorsqu'il fait du rodéo sur les routes en mettant en danger la vie des autres... moi je lui souhaite de se cracher (tout seul)

  • Carina le 08.01.2019 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne me réjouis jamais du malheur des autres. Tout d’abord qui suis-je pour le faire. Ensuite je me dis que cela aurait tout aussi bien pu être moi à sa place. Je ne connais pas la vie intime des autres pour juger. Personne ne mérite d’être malheureux, donc non plus que quelqu’un d’autre s’en réjouisse. Un peu d’empathie ne nuit à personne. Bonne journée!

  • Mike le 08.01.2019 09:51 Report dénoncer ce commentaire

    Se réjouir du malheur des autres, c'est bon pour les jaloux, les envieux, les frustrés, bref les vrais loosers.

    • Miss le 08.01.2019 20:35 Report dénoncer ce commentaire

      @Mike, donc au violeur ou au tueur qui vient d'abîmer la vie des autres, on lui donne une petite tape de satisfaction sur le dos et on lui dit merci ? Car si on l'envoie en prison et que la famille/ami s'en réjouissent....ce sont donc des jaloux, des envieux, des frustrés et des vrais loosers, c'est ça ?