Mauvaises habitudes

25 juin 2018 07:53; Act: 25.06.2018 11:35 Print

Près de la moitié des cancers seraient évitables

D'après une étude menée en France, plus de 40% des cancers sont liés au tabac, à la malbouffe ou encore à l'alcool, des éléments non naturels qui peuvent être évités.

storybild

Les chercheurs pointent les risques liés à la malbouffe. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Le tabac d'abord, puis l'alcool, une mauvaise alimentation, et enfin l'obésité sont les quatre facteurs principaux des 40% de cancers qui seraient «évitables», selon des chiffres publiés lundi par deux autorités de santé en France. Chacun de ces risques tue beaucoup plus qu'il ne devrait, soulignent le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé.

Sur les 346 000 cas de cancer diagnostiqués en 2015 chez les 30 ans et plus, quelque «142 000 (41%) auraient pu être évités si l'ensemble de la population n'avait pas été exposée aux facteurs de risque étudiés, ou si son exposition avait été limitée», écrit le CIRC. Le cancer est la première cause de mortalité en France, devant les maladies cardiovasculaires. Les tumeurs ont tué 164 000 personnes en 2013. Le tabac était responsable en 2015 de 20% des nouveaux cas évitables. Cela représentait 68 000 diagnostics.

Les cancers dus au tabagisme (cancers du poumon principalement, mais pas seulement) touchent surtout les classes populaires, avec un risque «de 1,5 à 2 fois plus élevé chez les 20% les plus défavorisés, par rapport aux 20% les plus favorisés». L'alimentation déséquilibrée et l'obésité sont chacune responsables de 5,4% des nouveaux cas de cancer. Côté malbouffe, le CIRC pointe le risque d'une «faible consommation de fruits, de légumes, de fibres alimentaires et de produits laitiers, ainsi qu'une consommation élevée de viandes rouges et de viandes transformées». Ce phénomène touche davantage les hommes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • libre penseur le 25.06.2018 08:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et la pollution ? et les saletés qu'ils nous mettent dans la nourriture ? c'est trop facile le tabac ,l'alcool ,la malboufe ça deresponsabilise les gouvernements et les multinationales !!!!

  • jaok le 25.06.2018 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    Sacré scoop, malgré ça les gens continueront à fumer, mal manger et ne pas faire de sport, mais le principal est d'être conscient des risques... :-)

  • Sagga le 25.06.2018 14:38 Report dénoncer ce commentaire

    Ohhh la la... nous avons beaucoup d'ennemis sur terre.. á commencer par nous mêmes . Mais bon, de toutes façons nous allons tous mourir.. quelques années après ou avant.. c'est toujours trop tôt le jour X .. :)

Les derniers commentaires

  • Luxo le 26.06.2018 16:32 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi le Luxembourg n'agit pas? Strasbourg vient d'interdire les cigarettes dans les parcs! Donc c'est possible, même chez nous. La mal bouffe tue, et rend obèse. Pourquoi ne pas taxer ce poison afin que manger des légumes bio et boire de l'eau soit plus économique que d'aller au MacDo ou de manger des chips avec du coca. Arrêteons de normaliser les tailles 3XL, l'obésité doit être combatue.

    • Vincent soubeyran le 27.06.2018 22:21 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait d'accord!.. et n'oublions pas l'énorme responsabilité des médecins qui trop souvent prescrivent des médicaments sans parler prévention avec leurs patients. .

  • David le 26.06.2018 16:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    he oui en plus ''le stress de la vie de dingue que l'on doit subir ''le travail avec des responsable les fin de mois difficile 'mais en cas de traitements on doit subir gentillement sinon ''cachet miracle ''pauvre jeunesse ??

  • Unicorn le 26.06.2018 10:43 Report dénoncer ce commentaire

    mourir, d'accord, mais dans la dignité, et le cancer ne le permet pas toujours. Mon grand-père est mort du cancer du foi, il avait peur de toutes les maladies, il obéissait à ses médecins, qui lui ont prescrit des cocktails de pillules pendant 20ans! Cela aussi peut causer le cancer, où sont les études? Combien de gens qui ne se rendent jamais chez un médecin, et ne prennent jamais de produits pharma et autres produits chimiques de nettoyage et de cosmétiques, restent en bonne santé ?

  • dom le 26.06.2018 08:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A voir ce qu'ils mettent dans la nourriture sur les fruits et légumes. forcément c'est bien le tabac et l'alcool et la malbouffe qui nous tue d'un cancer.

  • lynn le 25.06.2018 22:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne sais pas quoi penser de tout ça. Mon frère ne fume pas, ne boit pas, ne se drogue pas. Il mange des produits frais depuis son plus jeune âge ( les boites non merci). Il a un potager et des poules pour les oeufs frais. Il fait attention à son corps..... et pourtant, il est en train de se battre contre un cancer très rare qui attaque un os de son bras, un poumon et depuis peu s’est propagé au foie, pancréas et à une jambe. Plusieurs chimios depuis 1 an et rien. Il est devenu un cobaye pour les oncologues à Paris. Impossible de trouver le bon traitement et dosage. Alors la malbouffe, pesticides..... je me pose la question.

    • Unicorn le 26.06.2018 10:34 Report dénoncer ce commentaire

      je ne peux que confirmer, les gens qui se soucient de leur santé sont apparemment plus souvent victimes de cancer à un âge précoce que ceux qui s'en moquent. J'en arrive à la conclusion que penser à une maladie cause une maladie. Ou une personne en bonne santé est un malade qui s'ignore. Et puis n'oublions pas les faux positifs ...