Sondage

14 juillet 2019 12:07; Act: 18.07.2019 14:09 Print

Seule 1 Européenne en surpoids sur 5 se dit jolie

Une étude menée auprès de 5 000 femmes confirme que la perception de notre propre apparence physique est encore intimement liée à notre poids.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

En Europe, 80% des femmes en excès de poids ne se trouvent pas jolies. C’est ce que révèle un sondage de l'institut Ifop mené auprès de 5 000 femmes en France, Italie, Allemagne, Espagne et au Royaume-Uni. Selon cette étude, seules 40% des sondées affichant un indice de masse corporelle dans la norme se jugent jolies. Chez celles souffrant d’obésité, c’est pire: elles ne sont que 10% à trouver leur propre physique avenant. Esprit Body Positive, y es-tu?

Réalisée pour le site Naturavox, l’enquête met en lumière des disparités entre les femmes – qu’elles soient en surpoids ou non – suivant leur pays de résidence. Ainsi, les Françaises sont les plus dures envers elles-mêmes du panel: 22% s’estiment jolies ou très jolies, contre 28% des Espagnoles et 39% des Italiennes. Pourtant, rappelle l’étude, en France le taux de femmes obèses est en dessous de la moyenne: 15%, contre 22% au Royaume-Uni (taux le plus haut) et 13% en Italie (taux le plus bas).

Françaises plus exigeantes

Le sondage évalue aussi le poids du diktat de la beauté au travers de la perception du physique du partenaire. Ainsi, un quart des sondées jugent leur partenaire un peu voire beaucoup plus beau qu’elles. C’est particulièrement vrai chez les femmes qui ne se trouvent pas attirantes, puisque deux tiers d’entre elles estiment leur compagnon plus attirant. Ces complexes n’empêchent toutefois pas d’avoir une vie sexuelle épanouie. À la question «Diriez-vous de votre conjoint actuel qu’il est attentif au fait que vous atteigniez l’orgasme lors d’un rapport sexuel?», 43% des Européennes répondent «très attentif» et 39% «assez attentif». Là encore, c’est en France que l’on trouve la plus grande proportion de femmes insatisfaites par leur vie sexuelle.

«Nous avons un taux d’exigence supérieur, supporté par l’idéologie mondiale de la Française mince et branchée, analyse François Kraus, directeur du pôle «Genre, sexualités et santé sexuelle» à l’Ifop. En effet, Paris est à la pointe dans l’industrie de la mode et du luxe, ce qui accroît les normes d’esthétiques et de minceur plus qu’ailleurs et donc poussent les Françaises à un plus grand désir de minceur».

(L'essentiel)