Consommation

09 octobre 2018 20:00; Act: 10.10.2018 13:18 Print

Soupes aux champignons et aux... asticots

Un ancien salarié de l'agroalimentaire tire la sonnette d'alarme. Il appelle à scruter les étiquettes des produits au supermarché.

storybild

Christophe Brusset n'en est pas à son coup d'essai. Il avait déjà dénoncé les dérives de l'industrie agroalimentaire dans «Vous êtes fous d'avaler ça», un livre publié en 2015.

Sur ce sujet

Âmes sensibles s'abstenir. Il arrive que des cèpes achetés à bas prix en Chine soient complètement colonisés par des vers, qui sont ensuite broyés dans des soupes ou des sauces. Idem pour des purées de framboises du Chili, où se trouvent des asticots mixés. Et gare «au mélange de miels originaires et non originaires de l'Union européenne», car il s'agit souvent d'une concoction venant de Chine qui n'a rien à voir avec du miel: sucres, colorants, arômes et même antibiotiques de synthèse.

Quant aux petits points noirs dans les yogourts ou les glaces à la vanille, il s'agit bien souvent des morceaux de gousses une fois vidées, que l'on retrouve sur les étiquettes sous la dénomination «graines de vanille épuisées».

Ces révélations ont été faites par Christophe Brusset sur Europe 1, mardi. Ex-salarié d'une firme d'agroalimentaire durant 20 ans, il a rédigé le livre «Et maintenant, on mange quoi?», qui sort ce mercredi.

L'expert conseille de déchiffrer les étiquettes des produits en magasin, et de choisir les aliments dont la liste d'ingrédients est la plus claire et la plus courte possible, en essayant d'éviter les additifs chimiques, reconnaissables par un E suivi de trois chiffres. Car «aujourd'hui, vous avez environ 350 additifs autorisés, et plus de 400 auxiliaires technologiques qui sont en fait des additifs qui n'ont pas besoin d'être déclarés sur la liste», explique-t-il. Il pointe du doigt les lobbys industriels qui font pression sur les politiques «pour autoriser trop facilement des produits dangereux pour la santé».

(L'essentiel/reg)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • zorro le 09.10.2018 20:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est bien. continuer à achetez des plats déjà préparé. bon appetit

  • Toni le 10.10.2018 02:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merde alors !!!! Bouffe pourrie !!!!

  • Réaliste le 09.10.2018 20:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et tout cela avec l accord de l UE comme le produit dans le coca autorisé dans l EU mais interdite dans le reste du monde.

Les derniers commentaires

  • Bruno SIlva le 10.10.2018 15:37 Report dénoncer ce commentaire

    Quoi ?! J'ai droit à des ingrédients supplémentaires pour le même prix et il faudrait que je me plaigne ?? Jamais...

  • Mickey Thirion le 10.10.2018 09:18 Report dénoncer ce commentaire

    C'est des protéines et c'est presque aussi bon que du soleil vert.

  • Toni le 10.10.2018 02:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merde alors !!!! Bouffe pourrie !!!!

  • Vous pouvez vérifier le 09.10.2018 21:13 Report dénoncer ce commentaire

    Les traditionnels champignons de Paris viennent principalement de Chine qui domine les 3/4 de la production mondiale ! Le quart restant est cultivé en France, où il reste 6 champignonnières en région parisienne, aux Etats-Unis et aux Pays-bas.

  • On ne sait pas tout le 09.10.2018 21:11 Report dénoncer ce commentaire

    C'est plein de protéines finalement ;-)