Tendance

25 novembre 2019 09:43; Act: 25.11.2019 11:14 Print

Sur TikTok, les ados sont fiers d'être «moches»

Alors qu'Instagram tient souvent du concours de beauté, sur la plateforme de partage de vidéos TikTok, les internautes revendiquent le droit d’être médiocres.

storybild

Les ados ont trouvé de quoi s'exprimer sur la plateforme de partage de vidéos TikTok.

Sur ce sujet
Une faute?

«Je suis peut-être laid, mais au moins, je suis… stupide et énervant», déclare un TikToker, avant de danser sur «Successfull», d'Ariana Grande. Un autre, David Postlewate, un lycéen âgé de 18 ans, chante devant la caméra: «J'aime un garçon mais je suis moche, que dois-je faire?». La tendance est florissante sur la plateforme de partages de vidéos. Les ados n’ont pas peur de dire qu’ils sont laids.

«Pourquoi est-ce que je ressemble à ça? Quelle est la raison?», demande la TikTokeuse @emmwee (ci-dessous), se filmant dans sa voiture, sans maquillage. «Je suis choquée de voir à quel point je suis moche», a également écrit Brittany Tomlinson, plus connue sous le nom de @kombucha.

Le plus grand concours de beauté du monde

Aucun de ces ados n’est laid. Pour la journaliste du site Vox, Rebecca Jennings, la tendance «Je suis moche» est plutôt une célébration ironique de la laideur dans un monde où les réseaux sociaux sont de plus en plus inondés d’images fortement filtrées et souvent photoshopées. «Les adolescents qui s’autoflagellent se lancent dans une récupération de la médiocrité ironique et consciente», écrit-elle.

Le problème avec TikTok, c’est que, même si c’est une plateforme sur laquelle les adolescents peuvent s’amuser, il s’agit également du plus grand concours de beauté du monde. Une partie incroyablement massive de l'application est dédiée à des utilisateurs génétiquement bénis comme Benji Krol (5,7 millions d’abonnés) et à des Barbie humaines comme Loren Gray (35,1 millions de followers).

«Pourquoi ça ne marche pas?»

C’est dans ce contexte que la culture inverse «Je suis moche» a proliféré. Plutôt que d'essayer de rivaliser avec les génétiquement gâtés, les ados se tournent vers la dévalorisation de soi. Annie Pham, âgée de 17 ans, a fait une satire de la culture des gens sexy sur TikTok lorsqu'elle a réalisé sa vidéo virale à la fin du mois d'août.

En utilisant un challenge populaire où les internautes montraient leur «avant» (à la sortie du lit) et leur «après» (pomponné, coiffé et bien habillé), elle s'est montrée, à la place, essayant et échouant à se transformer. «Pourquoi ça ne marche pas?», se plaint-elle face à la caméra. «Après environ une semaine, je lisais les commentaires et c'était vraiment cool de voir à quel point les gens s'identifiaient à mon post», explique-t-elle à Vox.

(L'essentiel/Marie-Adèle Copin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.